Épitaphe pour un jeune révolté

La page de Wikipédia est à jour, et la nuit est au poète. Les oeuvres de Paul-Marie Lapointe sont rares sur le web, mais un poème à la fois les contours de son écriture pourraient se révéler. Comme une forme de développement de collection radical (quoique vital).

tu ne mourras pas un oiseau porteras tes cendres
dans l’aile d’une fourrure plus étale et plus chaude que l’été
aussi blonde aussi folle que l’invention de la lumière

entre les mondes voyagent des tendresses et des coeurs
des hystéries cajolantes comme la fusion des corps
en eux plus lancinantes
comme le lever et le coucher des astres
comme l’apparition d’une vierge dans la cervelle des miracles

tu ne mourras un oiseau nidifie
ton coeur
plus intense que la brûlée d’un été quelque part
plus chaud qu’une savane parcourue par l’oracle
plus grave que le peau-rouge et l’incandescence

( les âmes miroitent
plus particulièrement le soir
entre chien et loup
dans la pâleur des lanternes
dans l’attisement des fanaux
dans l’éblouissement d’une ombre au midi du sommeil)

tu ne mourras pas

quelque part une ville gelée hélera ses cabs
une infanterie pacifique pour mûrir les récoltes
et le sang circulera au même titre que les automobiles
dans le béton et la verdure

tu ne mourras pas ton amour est éternel

(Épitaphe pour un jeune révolté tiré de Pour les âmes. Poèmes, Montréal, Éditions de l’Hexagone, 1964 ; 1966)

D’autres poèmes sont disponibles sur érudit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s