Survivre à la gestion ? Êtes-vous vraiment sérieuse et sérieux ? Vraiment. #CPI2017


« Survivre à la gestion » telle est la problématique que le comité du Congrès des professionnel.les. de l’information 2017 met sur la table. Boum. On m’a offert la présidence de ce congrès dont la thématique se conjugue avec les plus grandes détresses et les plus grands enjeux professionnels et humains.  J’ai accepté tout de suite : comment aurais-je pu refuser damn ?

C’est évidemment l’envers d’un congrès sur l’art d’optimiser les services et les processus au temps où il faut faire plus avec moins sans tellement se demander si le paradoxe de Zénon va arrêter de s’appliquer à un moment donné et combien de fois on va continuer à diviser le divisible des ressources y compris quand ce sont des personnes; ou sur l’art de pratiquer des rationalisations souriantes, des méthodes agiles et des efforts collectifs pour atteindre l’équilibre budgétaire sans que ça fasse mal à quiconque puisque tout le monde est coupé égal, avec une grande équité, une vraie justice dans l’approche, chacun doit faire sa juste part, que voulez-vous répondre à ça ? Ou sur l’art d’éviter les questions qui tuent et se convaincre tou.te.s et chacun.e que ça pourrait être pire, que de toute manière les choses se font quand même, même si votre patron.ne a autant de priorités que de mémoire, que sa véritable compétence se révèle quand il ou elle continue de commenter, avec une pirouette merveilleusement différente à tous les matins, ce que vous portez et même si vous l’avez menacé.e d’une plainte pour harcèlement; qu’il ou elle avance et recule, avance et recule, recule et avance, et que vous faites de même en vous étourdissant avec, et parce que, à moins d’un séisme ou d’un ouragan, nécessairement quelque chose finit par se faire, ne serait-ce que parce qu’il ou elle s’est trompé.e deux jours de suite dans la séquence avance et recule, ou parce que vous avez agi dans son dos, et que, à la fin, de toute manière on va tou.te.s faire comme si de rien n’était et intégrer le récit que c’est super et que c’est ça qui était prévu justement dans le mandat qui n’est pas écrit nulle part. Qui ne voudrait pas passer à autre chose et souhaiter que ça finisse bien ? Donc tout va très très bien, et surtout votre hiérarchie est contente, c’est votre bonus à vous.

Et supposons que « tout va très très bien » mais que ça pourrait tout de même avoir l’air d’aller croche pour un regard extérieur, candide, je ne sais pas moi, pour quelqu’un doté du gros bon sens, ou les journalistes, et bien, pas de souci, les Communications Suprêmes, qui contrôlent mais absolument touttouttoutvousnousvotrebosslorganisationladémocratie, de toute façon vont venir à la rescousse et vous caner une ligne de comm parfaite, mieux que vous l’auriez faites vous-mêmes, et vont la prononcer pour vous exactement de la façon et avec le ton qu’il faut la prononcer pour hypnotiser la bonne personne : tout va vrrrrrraiment eeeeeextra biennnnnn. On vous dira même, avec une musique pas même subtilement infantilisante, qu’on fait ça pour vous protéger. La même trame sonore que pour la mise en place des mesures d’évaluation de la performance (c’est bien de la vôtre dont il est question). Mais sinon, ce n’est peut-être pas si grave que ça si on parle à votre place, ce qui pourrait vous déranger davantage c’est que vous avez l’impression, ou la certitude, que l’on décide à votre place et sans vous consulter dans des domaines sur lesquels, en principe, vous êtes considérez comme un.e expert.e, et ça ça vous rend malade. Et bien, pas de problème, vous pouvez toujours tomber malade, vous avez la chance d’avoir un plan payé pour vous faire jouer dans la tête et revenir plus adapté.e. Adapté.e. Ce qui est tout de même avantageux à plusieurs égards car comprenez au moins, si vous pouvez encore comprendre quelque chose, qu’il n’y a personne d’irremplaçable. Au suivant.

Ce genre de gouffre managérial, on y perd sa vie à l’année longue à la sueur de son front, de ses mains, de ses tripes, et c’est parce que l’on est confronté depuis trop longtemps à ces stratégies éreintantes, de l’existence jusqu’à l’essence, que l’on est rendu à intituler un congrès : « Survivre à la gestion? »

Avec Jean-Michel Lapointe, qui est le vice-président, et le comité, nous avons tenté de concevoir une plate-forme publique où l’on puisse exprimer l’insoutenable, nommer l’inacceptable, interroger les discours des organisations, des politiques qui nous épuisent; concevoir un forum où l’on puisse aussi explorer le degré zéro de la profession, les alternatives, parfois radicales, pour résister, pour dire non! pour passer à travers sans s’y perdre; explorer aussi les raisons les plus fondamentales pour continuer à exister dans le métier avec et pour les gens avec lesquels nous travaillons, collaborons, apprenons, vivons.

Non, ce ne sera pas un congrès pour les jovialistes à lunettes roses et les yaouh! de l’innovation, mais ce ne sera pas triste, loin de là : approches humanisantes de la gestion, modèles et gestion du changement et de la transformation, exploration des relations nouvelles avec le personnel et les gens, conception des services à partir des usages,  gouvernance réinventée à travers les communs, nouveaux espaces qui supportent le développement de capacités et les défis qu’ils représentent pour les organisations et la culture professionnelle, agents de changement face au paradigme managérial de l’austérité, etc. … Oui, il y a encore de l’espoir!

Vous êtes toutes et tous cordialement invité.e.s à venir vous regénérer, à participer aux questionnements et à chercher les possibles d’une vie après qui soit plus près de la vie elle-même. Pour s’inscrire, c’est par ici.

Nous vous attendons en grand nombre !

La page du Congrès des professionnel.le.s de l’information 2017 – CPI 2017
La page Facebook du CPI 2017
Sur Twitter

Culture ouverte et savoir libre à l’EBSI #SQIL2017 #COPIBECpasenmonNOM


C’est la rentrée, c’est la Semaine de l’Informatique libre (SQIL), quoi de mieux qu’une session éclair (traduction de Ignite Session) pour déclencher, ou ranimer, les étincelles de l’engagement personnel, professionnel et académique ?  Ce midi à l’EBSI en l’espace d’une heure ont défilé des actrices et des acteurs parmi les plus investi.e.s  dans les mouvements du libre et des communs numériques à Montréal. L’invitation était formulée comme suit par mon collègue, Guillaume Boutard, responsable du cocomi :

Les conférences midi en partenariat avec la Semaine québécoise de l’informatique libre (SQIL) accueillent une session éclair sur la thématique de la culture ouverte et des savoirs libres. C’est donc des communs numériques, de l’accès général à la ressource numérique et de ses modalités d’accès et de mise en place dont il sera question. On pourra y croiser les thèmes des contenus culturels et éducatifs libres, de l’éducation au numérique, de la participation au débat publique, de l’accès aux publications, aux données ouvertes et liées.
À l’heure, notamment, du lancement de la Stratégie numérique du Québec et de l’ouverture du fonds Stratégie numérique du Conseil des arts du Canada, la question des savoirs libres est au cœur de l’actualité. Ne manquez pas ce premier rendez-vous de la saison où plusieurs conférencières.ciers viendront présenter en session éclair des projets autour de la SQIL.

Les étudiant.e.s ont répondu en grand nombre, et j’ai reçu des courriels me demandant de partager les contenus et les projets présentés.

Voici, en ordre de présentation, quelques notes et des liens qui ont servi de support lors des interventions.

 Le Café des savoirs libres

François Charbonnier et Lëa-Kim Châteauneuf, tous les deux bibliothécaires, ont présenté le Café des savoirs libres et le sens de l’engagement de ceux et celles qui le font vivre à travers une diversité d’actions portant sur les communs numériques. Les projets et les activités du collectif se déroulent presque toujours en partenariat avec les bibliothèques publiques, notamment les bibliothèques de Montréal, et d’autres organismes dont les missions sont convergentes : Wikimedia Canada, OpenStreetMap, FACIL, SavoirsCom1, etc. Le Calendrier de l’Avent du domaine public a fait l’objet d’une attention particulière : il fait beau, mais pour nous, Noël s’en vient, et nous avons besoin de mains pour écrire les notules destinées à célébrer l’aréopage 2018 des entrants dans le domaine public.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, BAnQ (volet bibliothèque)

Anne-Marie Boisvert, bibliothécaire à BAnQ, a décrit trois activités en collaboration avec Wikimedia Canada et OpenStreetMap qui offrent aux participant.e.s la possibilité de contribuer à la diffusion du patrimoine documentaire québécois sur Internet : Mardi, c’est wiki, Wikicommons, Mercredi cartographie.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, BAnQ (volet archives)

Frédéric Giuliano de BAnQ, archiviste et coordonnateur, a fait le récit de la collaboration croissante entre les archives nationales et Wikimedia Canada. Comme Anne-Marie Boisvert, il a insisté sur les motifs de cette transformation de la culture professionnelle et organisationnelle qui nous pressent à s’engager dans cette voie.

J’ajoute la captation vidéo de la conférence livrée à Wikimania 2017 par Hélène Laverdure, conservatrice et directrice générale des Archives nationales de BAnQ, et Frédéric Giuliano, ainsi que les articles produits sur les activités réalisées au cours de ce congrès par Radio-Canada :

OpenStreet Map Montréal

Responsable du chapitre montréalais d’OpenStreet Map, Pierre Choffet a présenté les fondamentaux de la cartographie libre en soulignant l’intérêt de travailler avec les bibliothèques publiques au sein d’activités qui rejoignent les citoyen.nes dans les quartiers, véritables expert.e.s de leur territoire. Outre, les Mercredi cartographie à BAnQ, les Café des savoirs libres dans les bibliothèques publiques, des cartoparties sont aussi organisées au fil des saisons.

La Cinémathèque québécoise

Marina Gallet, responsable de la Médiathèque Guy-L.-Coté,  a présenté le projet de la Cinémathèque québécoise autour des communs via les projets Wikimédia. Trois types d’activités sont prévus dès cet automne :

  • Une séance photo de cinéastes invités au dévoilement des activités et du graphisme des prochains Sommets du cinéma d’animation, qui s’est déroulée le mercredi le 13 septembre et dont les images ont été versées dans Commons.
  • Un atelier contributif tous les 3èmes mercredis de chaque mois, de 18h à 21h, du 20 septembre au 20 juin. Chaque atelier est dédié à un.e cinéaste d’animation québécoise. Un premier edit-a-thon consacré à Janet Perlman a eu lieu cette semaine ; les photos de l’activité sont visibles sur Commons.
  • Une présentation de wikipédia/wikidata/wikimediaCommons, visant principalement les professionnels du cinéma, qui aura lieu lors du festival des Sommets du Cinéma d’animation.
  • La page GLAM de la Cinémathèque québécoise 

Marina Gallet a rappelé les raisons qui ont amené la Cinémathèque québécoise à s’engager dans cette collaboration avec Wikimedia Canada et le Café des savoirs libres. En tant que référence mondiale en cinéma d’animation, conservant et documentant un important patrimoine en la matière, la Cinémathèque a estimé qu’elle avait une responsabilité à l’égard de la qualité des données et des ressources offertes au public sur cette plate-forme qui est une des plus visitées dans le monde ; ensuite, cette visibilité contribue à la promotion du cinéma d’animation QC et, du même coup, à préserver le positionnement de cette institution comme une autorité dans le domaine.

Il était aussi important de réaliser, selon elle, qu’il est dommage de garder ce travail de documentation et de préservation pour soi en interne ou sur le site Web (sur le Web et non dans le Web), alors qu’il peut servir à tellement d’autres personnes lorsqu’on le rend accessible librement.

FACIL et la SQIL

Président de FACIL et responsable de la coordination de la SQIL, Mathieu Gauthier-Pilote a présenté les Services FACIL, un projet complémentaire aux Chatons de FRAMASOFT, qui visent à contribuer à la dégooglisation de l’internet. C’était aussi l’occasion d’aborder, la question de l’inclusion numérique en considérant, à rebours des interventions des invité.e.s précédent.e.s qui célébrait l’ouverture et le partage, la configuration de ce territoire numérique dont on voudrait s’exclure et des informations que l’on souhaiterait ne pas partager.

Le recours collectif de Copibec c. l’Université Laval

Invité surprise, et qui a bien voulu accepter de se joindre à nous malgré une invitation tardive : Emmanuel Château-Dutier, professeur à l’Université de Montréal, est venu exposer le sujet très chaud du recours collectif de Copibec c. l’Université Laval. Il a parlé des conséquences néfastes que ce procès pourrait entraîner si le principe de l’utilisation équitable des oeuvres dans le contexte de l’éducation et de la recherche au Canada était remis en question par le biais d’un jugement défavorable à cette exception. Les auteur.e.s d’ici, et d’ailleurs, soumis au régime de COPIBEC, et qui sont sensibles à la question du droit collectif dans un tel contexte, sont invité.e.s à se retirer avant le 15 octobre de ce recours collectif.  [Je propose le mot-clic  #COPIBECpasenmonNOM ]

Emmanuel Château-Dutier a accepté de fournir également des contenus au sujet de l’affaire Copibec sous forme de revue de presse :

La Déclaration des communs

Pour clôturer la séance, des copies de la Déclaration des communs, qui résument les principes et les partis pris de ces engagements à l’endroit de la culture ouverte et des savoirs libres, ont été remises à l’audience. Rappelons que nous attendons toujours que la ministre Anglade nous disent ce qu’elle en pense, et où elle loge en regard de ces propositions soumises dans le contexte de la consultation citoyenne pour la Stratégie numérique – et qui se fait attendre.

C’était court, dense et intense…Un immense merci à tou.tes. les intevenant.e.s et  les participant.es. Si vous avez des questions sur ces initiatives, il me fera plaisir d’y répondre ou de vous re-diriger vers les porteurs et les porteuses de projets.

Note : Cette année, l’EBSI est partenaire d’activités de la SQIL.

Le 4 septembre 1917, Montréal découvrait sa première Bibliothèque centrale: vrai ou faux ?

Il y a 100 ans aujourd’hui, le 4 septembre 1917, les Montréalaises et les Montréalais découvraient la nouvelle bibliothèque centrale de Montréal. Ce projet, né dans l’adversité, portait les atours d’une véritable institution de lecture publique affranchie du contrôle patriarcal de l’Église catholique. J’en ai déjà parlé ici.

En retournant aux livres d’histoire et jusque dans les microfilms, des bibliothécaires soucieux des faits historiques (No Fakes News!) ont constaté quelques désaccords à propos des dates entourant cette mise au monde, notamment pour ce qui est de la date de livraison du bâtiment et son inauguration. Il n’y a pas de doute, en revanche, concernant la date de l’ouverture au public de ce « palais des livres » : c’est le 4 septembre.

Pour joindre l’utile et le vrai à l’agréable, une journée contributive aura lieu le 17 novembre prochain dont le thème principal sera la bibliothèque centrale de Montréal, avec les sujets connexes : les bibliothèques publiques québécoises, leur histoire, leur localisation, leurs caractéristiques, etc.

Dans la foulée de l’événement « Wikipédia aime les bibliothèques », les participant.e.s ont souhaité la tenue d’une activité d’apprentissage à la contribution wikimédienne. Cette formation aura donc lieu le 17 novembre prochain suivie d’un atelier pratique où l’on pourra tout à la fois contribuer à cette page importante de notre histoire et la commémorer.

Des informations plus précises seront partagées au cours des prochaines semaines, mais l’essentiel est souligné et expliqué dans la vidéo de Lëa-Kim Châteauneuf pour le Café des savoirs libres.

| Photo : Marie D. Martel, microfilms à BAnQ, licence : cc-by-sa

Lieu de savoir éphémère et collection pour une ville durable

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Promenade Fleuve-Montagne aboutit dans la partie « montagne » sur un projet d’architecture éphémère très attrayant. La « bibliothèque » et le « savoir » sont traditionnellement des symboles de pérennité. Pourtant les Ideas Box dans les camps de réfugiés, les bibliothèques du peuple ou d’aéroports, les microbibliothèques nous ont habitués à des dispositifs dynamiques de médiations sociales qui visent à installer des relations entre les gens par le biais des livres – plutôt qu’un système de transactions entre les livres et les gens.

Ce Chapitre d’été dans le parc Rutherford est une invitation à se réapproprier l’espace urbain et à échanger entre passants-lecteurs par le biais d’une collection autoréférentielle qui parle précisément de cette ville à réinventer : « Pop Up City », « Open Spaces », « Pour une ville à échelle humaine », « Cohabiter l’espace public », avec des visées de transformation sociale et environnementale : « Tout peut changer » à laquelle s’ajoute un soupçon de littérature régionaliste (Daniel Grenier par exemple). Cette collection allumée et audacieuse, avec ce qu’elle contient et ne contient pas, parle des Montréalaises et Montréalais d’aujourd’hui.

Puis, j’ai vu ce titre, « Onon:ta' ». La présence de cet ouvrage, un peu en décalage par rapport à ses voisins, m’a fait tressaillir et souhaiter que cette installation revienne (elle doit revenir!) et qu’on y fasse une place pour les littératures autochtones au pied de ce « mont-Royal des Amérindiens » qui veut se décoloniser.

On dit que, les aménagement éphémères, parfois, lorsqu’ils sont plébiscitée par les habitants, deviennent des projets pérennes. Comme une bibliothèque pour les Premières Nations ? Ce chapitre d’été pourrait-il devenir une bonne histoire ?

_____

MAJ. du 4 septembre. Je remarque que sur le site de la Ville, on écrit « chapître » avec l’accent circonflexe – mais pas dans le texte. J’ai fait les corrections d’usage dans cet article en fonction de cette source. On apprécierait que quelqu’un nous explique la raison de ce « chapître ». Suite à une consultation auprès de l’Oreille tendue, j’ai remis le « i » du chapitre sans le circonflexe.

#wikimania Le modèle d’une pratique professionnelle alternative à bâtir avec les GLAMs

Wikimania, le congrès annuel réunissant la planète wikimédienne s’est déroulé du 9 au 13 août dernier. La tenue de Wikimania a eu son effet dans la communauté des bibliothèques et des archives au Québec. Pas seulement chez nos collègues QC, bien sûr, puisqu’un aréopage de plusieurs dizaines d’entre eux/elles a convergé vers Montréal, en provenance du monde entier avec le loisir de se constituer un programme professionnel sur mesure. Comme une collègue l’a souligné : « Wikimania, c’est vraiment un bon congrès de bibliothécaires ». Et un congrès ne serait pas bon s’il ne nous donnait pas rendez-vous avec quelques questions de fond sur le thème principal, mais aussi sur le sens de la profession, et parfois même au-delà.

Après plusieurs années de fréquentation, cet événement a été l’occasion de faire le point sur la relation entre les bibliothèques QC et les projets de la Fondation Wikimédia. Les conférences de Maureen Clapperton et d’Hélène Laverdure avec Frédéric Giulano ont bien montré l’étendue et la pertinence de ce partenariat entre Bibliothèque et archives nationales du Québec et Wikimedia Canada. Dans une autre perspective, la conférence de Ivan Filion, directeur des bibliothèques de Montréal, présentait le bilan de quelques années d’exploration de la wikiway en bibliothèque publique en s’appuyant sur le bagage d’une vingtaine d’ateliers contributifs – ce qui est considérable pour la même institution. À la lumière de ces constats, une seconde phase est envisagée pour ce réseau à travers : 1. une nouvelle série d’ateliers contributifs ; 2. une journée de coapprentissage « bibliothèques et Wikipédia » pour les membres du personnel intéressé.e.s ; 3. des initiatives événementielles qui soutiendraient, de façon inédite, la création de communs ; et un rôle particulièrement attentif visant à renforcer 4. la présence de la culture littéraire montréalaise, québécoise ainsi celle de l’histoire locale sur Wikipédia.

Mon collègue François Charbonnier et moi avons pris le relais pour présenter la généalogie de nos expériences en matière de design des communautés numériques et l’évolution de la configuration sociale de nos ateliers impliquant à la fois Wikipédia et OpenStreetMap. Jean-Michel Lapointe (bibliothèque centrale de l’UQAM) a clôturé la session des intervenants locaux par une réflexion sur les  cultures éditoriales : savantes, étudiantes et wikipédiennes, à partir de ses observations sur elles, en exposant le potentiel d’enrichissement mutuel découlant de leur, souvent improbable, cohabitation.

On peut visionner en différé plusieurs des présentations et avoir accès aux diapositives. L’ensemble des produits des conférences est rassemblé sur le site de Wikimania.

Dans la foulée de ces communications, un atelier Wikipédia aime les bibliothèques  (WAB) avait lieu à guichet fermé inspiré des initiatives Wikipedia loves Libraries lesquelles visent à accélérer la convergence de ces deux partenaires depuis 2013. Organisée en collaboration avec l’EBSI, les bibliothèques de Montréal et le Café des savoirs libres, trente-sept participant.e.s prenaient part à cette activité qui voulait à rassembler le personnel des bibliothèques et des archives dans le but i. d’échanger au sujet de la relation entre ces institutions et les projets de la Fondation Wikimedia en partageant les expériences qui sont menées au Québec, et ailleurs ; et ii. d’explorer de nouvelles pistes d’action pour favoriser la collaboration entre les bibliothèques, les archives et la communauté wikimédienne en soutenant leur engagement dans le mouvement de la culture ouverte et des savoirs libres.

Parmi les éléments qui sont ressortis de cette rencontre, on note que la résistance épistémique n’est plus une raison de blocage, que la mobilisation des participante.s est bien tangible et que l’on était rendu plus loin, et même dans un souci plus large, celui d’inclure les autres bibliothèques du Québec, par exemple. Et comme on le constate dans le discours des milieux documentaires à l’échelle internationale, l’enjeu concerne moins, désormais, la motivation à adhérer que la question : comment le faire? Comment faire le design des activités d’apprentissage, comment accompagner le développement des compétences wikimédiennes des professionnel.e.s? Ne devrait-on pas pouvoir interpeler les associations professionnelles, les écoles de sciences de l’information, les pairs? Comment pourrait-on se doter d’une plate-forme de soutien et de partage des expériences professionnelles? Comment pourrait-on créer une vitrine commune sur Wikipédia, par exemple une page réunissant les projets ayant cours en bibliothèques au Québec afin d’informer les citoyens.ne.s et les porteurs de projets quant aux différentes thématiques abordées, et tout en créant une émulation?

La journée s’est terminée sur la  promesse de prolonger cet intérêt à l’automne 2017 autour d’une journée contributive visant à la fois à mener un blitz d’initiation – qui était le troisième objectif de la rencontre mais qui n’a pas pu avoir lieu lors du WAB puisque les échanges et les retours d’expériences ont été plus nombreux et soutenus que prévus – tout en précisant l’articulation de dispositifs possibles et de projets réalisables en réponse aux questions soulevées. Cet événement à venir permettra de poser les bases d’un réseau de bibliothécaires wikipédien.ne.s QC toujours informel, mais plus organisé.

Et ailleurs en bibliothèque

Comme je l’ai mentionné au passage, la nature des discussions au sein de l’atelier WAB sont en phase avec les constats qui sont faits dans une perspective internationale. Depuis quelques années, les initiatives des bibliothèques se multiplient sur une base individuelle comme le soulignait dans un atelier, Alex Stinson qui est stratège GLAM-Wiki (GLAM pour Galleries, Libraries, Archives, Museums) à la Wikimedia Foundation (WMF). Sa présentation est disponible.

J’ajouterais à ce constat que des signes de structuration, ou des attentes à cet égard, sur le plan des organisations, se manifestent également. S’appuyant sur son autorité, l’IFLA a publié son livre blanc en février 2017 faisant office de guide et documentant les collaborations entre les Wikipédia et bibliothèques avec des éléments d’orientation prometteurs. L’IFLA a dans le même élan fait la promotion de la campagne #1lib1ref 2017 qui encourageait les bibliothécaires à ajouter des sources dans Wikipédia.

Dans cet esprit, l’ambitieux programme Wikipedia + Libraries : Better together porté par OCLC, qui dispense déjà des webinaires depuis deux ans sur le sujet, s’apprête à intensifier sa démarche avec une formation en ligne de 10 séances visant à former 500 bibliothécaires aux États-Unis à l’automne prochain dans le cadre d’une étude subventionnée par la Knight Foundation,

Alex Stinson faisait cependant remarquer que, jusqu’à ce jour, les initiatives en bibliothèque relevaient principalement d’un « modèle qui met l’accent sur l’extraction d’un savoir unique, plutôt que sur la mise en place d’une pratique professionnelle » (« Most models focus on extracting unique knowledge from institutions, not building a professional practice »). Ce qui est intéressant dans cette observation, c’est qu’elle nous renvoit à une conception résolument traditionnelle des bibliothèques orientée sur les collections que l’on dépose dans un contenant. Avec ces dépôts de fonds d’archives, de collections numériques, de données dans l’appareil wikimédien, les bibliothèques entretiennent, paradoxalement, une vision qu’elles cherchent à mettre à distance dans le discours qu’elles véhiculent au 21e siècle.

Aussi, lorsque Stinson pose la question : « Où va-t-on  maintenant ? » ou plutôt « Comment la relation aux bibliothèques pourrait-elle passer à l’échelle? »(« How to scale our relationship with libraries? »), est-ce que cette approche extractive devrait encore servir de référentiel?

Et si poser la question c’est y répondre : est-ce que la question alternative ne devrait pas plutôt se traduire ainsi : « Comment notre relation aux bibliothécaires pourrait-elle passer à l’échelle? » Et la réponse  possible trouve, selon moi, sa source dans la perplexité même que Stinson manifestait face au modèle actuel, centré sur les collections, et consisterait à chercher les moyens de bâtir une pratique professionnelle wikipédienne au lieu de mettre l’emphase sur des bibliothèques wikipédiennes afin d’avoir un impact plus sensible et vraisemblablement plus durable.

Où va-t-on  maintenant ? Des collections aux communs

En effet, le pari le plus durable ne reposerait plus sur des efforts visant exclusivement l’addition des collections numériques et des données, sans l’exclure pour autant (surtout dans le contexte de développement actuel entourant Wikidata), mais sur l’exploration d’un autre modèle que celui de l’extraction.

Le défi de cet autre modèle, en revanche, c’est qu’il est à faire – comme on devient wikimédien.ne dans le temps et à l’usage. Il ne repose pas seulement sur des processus, mais aussi sur une approche ou un état d’esprit (mindset).  Il nous renvoie à une transition globale, qui dépasse la situation des projets wikimédiens dont ils sont toutefois le laboratoire, et qui amène la pratique professionnelle à repenser la relation entretenue avec la communauté territoriale et globale, et à repenser une gouvernance partagée fondée sur l’approche des communs.

Car Wikipédia n’est ni un agrégat de connaissances collaboratives, ni un simple portail communautaire, mais avant tout un modèle innovant de gouvernance.

(Dominique Cardon, dans Wikipédia, objet scientifique non identifié, édité par Barbe Lionel, Louise Merzeau, Valérie Schafer, Open Edition, 2015)

Cette gouvernance porte évidemment en elle la question du pouvoir et du contrôle des savoirs en vertu d’autres règles que celles héritées des institutions, mais que celles-ci apprivoisent et expérimentent déjà du côté des microbibliothèques, des fab labs, des grainothèques, etc. Elle pose une matrice collaborative entre la bibliothèque et la communauté qui les engagent à travers un projet dont ils sont également parties prenantes et cocréateurs.

Cet engagement réciproque passe par une médiation sociale des savoirs contenus dans la communauté. Il permet de décaler l’expertise jusqu’à favoriser la co-naissance en ce qui concerne, plus particulièrement, ceux/celles qui appartiennent aux groupes moins visibles socialement – mais pas les moins experts.

Elle implique un décalage par rapport à une logique de prestation de services, principalement imposée et rarement coproduite (prêter des collections numériques/prêter des espaces pour tenir des activités) pour une vision de la bibliothèque apte à supporter les capacités créatives des citoyen.ne.es dans une place qui se dote d’attributs sociaux en tant que forum et tiers lieu.

Si les politiques publiques supportent stratégiquement cette vision, des ressources seront priorisées pour promouvoir la culture ouverte, les savoirs libres, les communs de la connaissance – peut-être même à partir de la situation des groupes socialement exclus.

Voilà certains éléments susceptibles de contribuer au modèle alternatif d’une pratique professionnelle wikipédienne/wikimédienne, ou d’une pratique des communs, qui est en bâtir en bibliothèque.

Et par rapport aux autres institutions documentaires : archives, musées, etc.

Où en est-on plus généralement du côté des GLAMS ? Dans un autre atelier sur les GLAMs cette fois, Alex Stinson reconnaissait qu’une problématique d’un autre ordre se dessine pour les Galleries, Archives, Museums (GAMs) si l’on compare avec la situation des bibliothèques.  À l’heure actuelle, il semble que la communauté wiki soit confrontée à l’enjeu de susciter l’adhésion des institutions de mémoire autre que les bibliothèques.  En d’autres termes, si le défi des bibliothèques, qui sont bien engagées, est de passer à l’échelle, le défi des GAMs est encore de s’engager.

Dans ce contexte, on pourrait suggérer que le succès des bibliothèques a été lié, entre autres, au fait que la WMF a conçu une approche de niche avec celles-ci à travers des initiatives telles que Wiki loves libraries. On pourrait tenter, par analogie, d’élaborer une approche ciblée du même type Wiki loves museums et Wiki loves archives en vue d’initier et de catalyser l’engagement de ces institutions hésitantes.

C’est une voix que l’on explore déjà en ce moment dans le contexte québécois, et dans la foulée de l’événement Wiki aime les bibliothèques, puisque quelques organisations dotées de fonds d’archives importants se sont manifestées pour discuter de l’intérêt des GLAMS et de la pertinence d’une initiative Wiki loves archives / Wiki aime les archives en vue de faire un saut groupé.

 Par ailleurs, si les « L »,  les bibliothèques, réussissent à relever le défi du design d’une pratique wikimédienne, peut-être que cette expérience facilitera aussi  la voie des autres participants, les galeries, les archives, les musées en entraînant un passage à l’échelle pour une politique globale des communs de la connaissance.

Tout à l’honneur des archives, deux journées contributives méritent d’être soulignées et qui ont été organisée par Wikimédia Canada en partenariat avec Bibliothèque et Archives Nationales du Québec, le Conseil de la Nation Atikamekw, le Conseil des Atikamekw de Manawan, l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Rising Voices avec la collaboration des Bibliothèques de Montréal. D’abord, le Scan-a- thon où cinq fonds d’archives, en danger, comprenant près de neuf cents négatifs illustrant la vie des Premières nations de l’Abitibi et de la Mauricie entre 1936 et 1952, ainsi que d’autres types de documents, ont été proposés pour la numérisation et le téléversement dans Commons et Wikisource. Cet atelier a été suivi d’une Journée d’édition visant à accompagner les membres des Premières Nations et leurs alliés dans l’amélioration des contenus touchant ces derniers dans Wikipédia.

La question des wikimédien.ne.s en résidence rôdait autour des sujets abordés ici, et elle aurait certainement mérité un article à elle seule. À suivre.

Pour aller plus loin 

Du côté des bibliothèques :

Avec les GLAMS :

| Le kiosque du Café des savoirs à Wikimania : de gauche à droite, Gaëlle Bergougnoux, François Charbonnier, Lëa-Kim Châteauneuf, Benoit Rochon, président de Wikimedia Canada, et Pascale Félizat-Chartier | Cette image est accessible dans Wikicommons |