La bibliothèque de l’évasion: Schiphol Airport Library

Cette bibliothèque dans l’aéroport de Schiphol, au Pays-Bas, a été inaugurée à l’été, le 25 août 2010. Signalée par Silvère Mercier sur Bibliobsession, j’ai voyagé de ce côté, il y a quelques semaines:

« Airport Library is aimed at passengers on intercontinental flights who often have long waiting times for their (connecting) flight. The library offers these travellers an exciting and inspiring way to spend their waiting time. »

Hors-les-murs, ce point de service s’installe comme un symbole de mobilité, de connection, à l’intersection des transactions entre ciel et terre et entre les territoires physiques et numériques.

Elle émerge perpendiculairement, par rapport aux programmations actuelles des nouvelles bibliothèques, comme une exploration avant l’heure du concept d’Atomized Library qui vise à « disperser de plus petits espaces d’information partout dans les villes, bien au delà des sphères d’influences classiques de la bibliothèque publique : des places, des bâtiments publics, les kiosques, les cafés, des cafés, des salles de réunions, les spots Wifi mais aussi tout lieux de rencontres par type de population : adultes, jeunes, enfants. » Se déployer dans un aéroport cautionne une certaine vision de la bibliothèque fragmentée en unités d’information.

Et c’est bel et bien un lieu en phase avec la culture numérique centré sur la pratique de la navigation et du bouquinage: on n’y effectue pas de prêt. Elle est ouverte 24h/24h.

On assiste à une cohabitation égalitaire des différents médias à travers une mise en scène qui ne favorise pas un mode au dépens de l’autre. Ce pluralisme documentaire est aussi promu par le biais des écrans d’affichage dynamique numérique à l’intention des usagers: »We invite you to enjoy to watch, read, listen to, dowload, enjoy Dutch Culture. » Accès à la musique, possibilité de feuilleter des livres d’art et de design, de télécharger des oeuvres sur les bornes de téléchargement mais aussi de jouer sur les 9 iPads offerts au public: le pôle thématique de l’aérobibliothèque est celui de l’évasion.

La mise à distance de la fonction de prêt démontre que la programmation de ce service s’est fondée sur une compréhension fine des citoyens numériques, non seulement en reconnaissant la pratique du browsing comme mode d’appropriation de la culture mais en assumant aussi la valeur de la lecture éphèmère ainsi que l’intérêt intrinsèque d’offrir des espaces de convivialité et de socialisation neutres. Cet environnement de 280 m.c. intègre une zone de lecture, une aire pour les enfants avec un écran de télévision ainsi qu’une mezzanine mise à la disposition des voyageurs qui souhaitent se reposer: « Feel free to sit and relax here. On the upper level, there is a sleeping area for your convenience. »

L’approche est multilingue: les livres, destinés à valoriser divers aspects de l’identité locale, sont traduits en 29 langues.

Bientôt, ce sont les vacances de Noël, plusieurs d’entre vous, prendront le chemin de l’aéroport, pensez à cette option. Quelle ambiance pour décoller! Iriez-vous vous délasser dans ce lieu d’expérience plutôt que de rester sur les banquettes impersonnelles des quais d’embarquement?

On peut entendre ici Dick van Tol, celui qui, depuis 2006, a porté ce projet financé par le Ministère de l’éducation.

| D’autres photos sont disponibles dans l’album Schiphol Airport Library que j’ai partagé sur Flickr |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s