Le Noël des futur.e.s bibliothécaires : des albums qui scintillent #àlire

Je vous propose une série de recommandations de lecture jeunesse fiables et passionnées réalisées par des pros en devenir. Ces exercices de médiation littéraire méritaient d’être partagés au-delà du bac à recyclage – où atterrissent, c’est bien connu, même les meilleurs travaux universitaires. J’en ai retenu une quinzaine, parmi quelques 200 productions du cours SCI6339 à l’EBSI, en commençant par cette sélection de trois albums.  Des mangas, des bandes dessinées, des romans et des documentaires suivront dans les prochains jours. Remplissez votre panier, papier ou numérique, c’est #àlire!

Trois albums scintillants

Dubuc, M. (2017). Le chemin de la montagne. Montréal : Comme des géants. Dès la naissance. (Bibliothèque publique)

PictureMadame Blaireau se rend tous les dimanches au sommet de la montagne Pain de sucre par le sentier qui traverse la forêt. Un jour, elle rencontre sur sa route Lulu, un petit chat rouquin, qui aimerait bien lui aussi se rendre au sommet de la montagne et contempler le monde. Lulu pense qu’il est trop petit pour gravir la montagne. Madame Blaireau invite alors Lulu à se joindre à sa promenade. Lulu accompagnera ensuite Madame Blaireau tous les dimanches. Elle lui apprendra à apprécier la nature et les plaisirs simples de la vie. Madame Blaireau partagera ses trouvailles à Lulu allant de la cueillette de champignons aux objets curieux amassés au cours de ses ascensions. Bien qu’une différence d’âge importante les sépare, il naîtra une profonde amitié entre Madame Blaireau et Lulu. Ensemble, ils nous dévoileront les secrets de la forêt.

Source. J’ai repéré l’album de Marianne Dubuc dans la section Les coups de cœur de Lurelu de la revue Lurelu (L’équipe, 2018). La revue Lurelu est une revue québécoise spécialisée dans le domaine de la littérature jeunesse. Cette revue qui paraît trois fois par année s’adresse autant au grand public qu’aux acteurs du milieu de la littérature jeunesse (Lurelu, s. d.). Selon Danièle Courchesne qui a rédigé la critique de l’album, Le chemin de la montagne est un réel « baume au cœur » (L’équipe, 2018). Ce qui ressort de sa critique est la beauté de cette histoire traitant d’une relation intergénérationnelle et du transfert de savoirs qui l’accompagne, à travers laquelle on apprend aux enfants l’importance de valeurs telles que le partage, le respect de l’autre et l’entraide. Selon cette critique, il s’agit d’« une lecture dont on ne se lasse pas » (L’équipe, 2018).

Analyse. Cet ouvrage se classe parmi les albums de la petite enfance s’adressant à un public âgé de 0 à 5 ans puisqu’on y retrouve une prédominance de l’image par rapport au texte. Cet album aborde d’abord le thème de la transmission du savoir d’une génération à l’autre qu’on observe alors que Mme Blaireau prend Lulu sous son aile; le jeune chat apprendra beaucoup de son aînée. L’album exploite également le thème plus philosophique du sens qu’on donne à la vie, des décisions que l’on prend. Ici, le temps est ralenti. Mme Blaireau apprécie la nature et les bonheurs simples. Plusieurs valeurs morales sont transmises dans cet album. On initie les tout-petits au partage, à l’empathie et à l’entraide. D’un point de vue social aussi, cet album transmet aux enfants le respect des aînés et de leur apport non négligeable à la société. Le cheminement de l’histoire est cohérent alors que l’on suit l’évolution de Lulu sur le chemin de la montagne. Quant au texte, il est constitué de quelques phrases courtes utilisant un langage simple et oscille de la narration au dialogue. Le texte est adapté aux tout-petits qui apprendront peut-être au cours de leur lecture quelques nouveaux mots de vocabulaire. Les illustrations sont douces et contiennent une panoplie de détails à découvrir. Dans cet album, la relation texte-image est complémentaire : la narration est construite autant par le texte que par les illustrations qui cohabitent d’ailleurs sur l’espace de la page. Je recommande fortement ce magnifique album pour les tout-petits pour une histoire douce qui allie divertissement et transmission de valeurs positives. Rédigé par Justine Ménard.

Note : Depuis la rédaction de cette recommandation, Le chemin de la montagne a remporté les prix littéraires suivants : Prix TD de littérature pour l’enfance et la jeunesse 2018, Prix Harry Black de l’album jeunesse 2018, Prix du Gouverneur général : littérature jeunesse de langue française – illustration 2018, Prix du livre jeunesse des Bibliothèques de Montréal 2018. 

Boulerice, S. et Côté-Lacroix, D. (2016). Florence et Léon. Montréal : Québec Amérique. À partir de 8 ans. (Bibliothèque publique, prêt numérique)

Simon Boulerice, auteur pour la jeunesse très productif, qui a écrit notamment Un ami lumineux et La gardienne du musée, propose ici un album abordant le thème de la différence. Florence, professeure de natation, est un peu différente des autres : elle a un petit problème aux poumons. Léon, vendeur d’assurance, est aussi différent parce qu’il a un problème aux yeux qui l’empêche de voir de la même façon que les autres. Les deux personnages pourront-ils devenir amis malgré leur différence ?

Source. Livres ouverts est une ressource en ligne offerte par le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec. Elle propose des suggestions de lectures, sélectionnées selon des critères précis, pour les jeunes du préscolaire au secondaire (Gouvernement du Québec, s. d.-b). Chaque notice comporte un commentaire descriptif, une échelle ciblant le niveau scolaire approprié, des indices de difficulté de lecture et des pistes d’exploration pédagogique.

À propos de Florence et Léon, Livres ouverts souligne la thématique de la différence proposée par l’album. La ressource met aussi en relief l’influence que la bande dessinée a eue sur l’œuvre : certains dialogues sont transmis par des phylactères intégrés à l’image. Elle met aussi en évidence les couleurs douces de l’album, principalement dans des tons de gris avec des touches de couleurs autour des personnages. Selon Livres ouverts, le livre s’adresse aux jeunes de la 4e année du primaire à la première année du secondaire. L’indice de difficulté donné est de 4 sur 11, le commentaire descriptif soulignant le « vocabulaire riche » de l’album. (Gouvernement du Québec, s. d.-a).

Analyse. L’album a pour thème la différence. Celle-ci est présentée par le biais des deux personnages qui ont tous les deux un handicap : Florence a des problèmes aux poumons qui l’empêchent de reprendre son souffle facilement après l’effort ; c’est comme si elle respirait à travers une paille. Léon, lui, a des problèmes de vision ; c’est comme s’il voyait à travers une paille. La différence de chacun est présentée à l’aide de l’exemple concret de la paille qui rapproche les deux protagonistes et fait clairement comprendre au jeune lecteur les limitations physiques de chacun. De par le thème qu’il aborde, l’album transmet des valeurs comme l’ouverture à l’autre, l’acceptation de la différence et l’empathie.

Le texte de l’album est plutôt narratif. Lorsque le narrateur omniscient raconte l’histoire, la calligraphie utilisée est standard. Lorsque les personnages parlent, la calligraphie des dialogues change et devient plus ludique. Cela permet aux lecteurs qui lisent le texte eux-mêmes de bien voir la coupure entre les différentes voix narratives. L’utilisation occasionnelle de phylactères, notamment lors du premier dialogue entre les personnages, aide aussi le lecteur à voir la différence.

Par ailleurs, les illustrations sont douces et sont principalement dans des teintes de gris pâle. Les personnages sont cependant en couleur et quelques objets importants le sont aussi comme le jus de mangue et melon qui revient à deux reprises ou les pailles qui sont un élément-clé de l’œuvre. Les phrases sont assez simples et disent clairement les choses. On y retrouve un peu la même douceur que dans les images. Les deux créent une atmosphère douce et calme.

Je serais à l’aise de présenter ce livre à des enfants, car il aborde les thèmes de la différence et du handicap tout en douceur et intelligemment. Je crois qu’il donnerait lieu à des discussions très intéressantes avec les enfants. Rédigé par Élise Gauvreau-Gervais.

Poulin, A. et Girard, F. (2018). Ce n’est pas comme ça qu’on joue au hockey. Montréal : Québec Amérique. À partir de 4 ans. (Bibliothèque publique, prêt numérique)

Hey toi! Tu as envie d’en apprendre plus sur Jacques Plante? Tu sais, celui qui a gardé le filet du Canadien de Montréal pendant 10 ans entre les années 50 et 60. Son histoire est intéressante, car on dit de lui qu’il est non seulement l’un des 100 meilleurs joueurs de hockey de toute l’histoire, mais aussi qu’il est le plus innovateur. Son style offensif aventureux a complètement révolutionné la manière de jouer des gardiens de but. Savais-tu qu’il est même l’inventeur d’un outil fort utile qui a probablement sauvé des vies? En effet! Mais pour en connaître plus sur le sujet, tu devras lire ce super livre d’Andrée Poulin. Tu la connais sûrement, car elle est aussi l’auteure de plusieurs autres ouvrages à succès dont La plus grosse poutine du monde (2013) de même que Pablo trouve un trésor (finaliste au Prix du livre jeunesse des Bibliothèques de Montréal 2015).

Source. Le site web Les libraires est la version en ligne de la revue papier du même nom. On a accès à différentes rubriques fort pertinentes dont « Nouveautés », « Choix des libraires », « Palmarès » ou encore « Thématiques ». La fiche du document ne commente pas l’ouvrage en tant que tel, sauf pour quelques informations utiles comme le résumé du livre, des suggestions du même auteur de même que d’autres livres portant sur le même sujet. Notons qu’il est possible de feuilleter le document et d’en télécharger un extrait. Un lien est mis à notre disposition pour faire l’achat en ligne du format papier en plus de deux liens pour l’achat de la version numérique, à savoir les formats pdf. et epub. Enfin, la page nous informe au sujet de l’auteur,  de la date de parution du livre et de la maison d’édition. En cliquant le nom de l’auteur, on accède à la liste de tous ses ouvrages.

Analyse. L’ouvrage met en scène un personnage principal nommé Jacques. Tout jeune, il voulait jouer au hockey. Malheureusement, il n’avait pas de bâton ni rondelle. Alors il a décidé de faire à sa tête et jouer avec une branche d’arbre et une balle de tennis. Il souhaite être gardien de but, mais n’a pas de jambière. Son père lui en fabrique donc. C’est par le procédé de la répétition que l’histoire arrive peu à peu à se construire. Par exemple, le motif suivant revient à quelques reprises : « Non ce n’est pas comme ça que l’on joue au hockey ». Le récit arrive à capter l’intérêt du lecteur en ce sens que l’on comprend vite que peu importe les embûches, Jacques est persévérant. On veut le voir réussir. On veut le voir gagner. Il n’y a pas de dialogue; on se contente de raconter des faits à la manière d’une tranche de vie, d’une mini-biographie. La morale qui en ressort pourrait se résumer ainsi : c’est en travaillant fort que l’on arrive à nos fins. L’ouvrage est en somme une leçon de courage et s’adresse à tous les enfants, que ce soit un garçon ou une fille. Rédigé par Jean-François Barabé.

 

 

 

 

 

Culture ouverte et savoir libre à l’EBSI #SQIL2017 #COPIBECpasenmonNOM


C’est la rentrée, c’est la Semaine de l’Informatique libre (SQIL), quoi de mieux qu’une session éclair (traduction de Ignite Session) pour déclencher, ou ranimer, les étincelles de l’engagement personnel, professionnel et académique ?  Ce midi à l’EBSI en l’espace d’une heure ont défilé des actrices et des acteurs parmi les plus investi.e.s  dans les mouvements du libre et des communs numériques à Montréal. L’invitation était formulée comme suit par mon collègue, Guillaume Boutard, responsable du cocomi :

Les conférences midi en partenariat avec la Semaine québécoise de l’informatique libre (SQIL) accueillent une session éclair sur la thématique de la culture ouverte et des savoirs libres. C’est donc des communs numériques, de l’accès général à la ressource numérique et de ses modalités d’accès et de mise en place dont il sera question. On pourra y croiser les thèmes des contenus culturels et éducatifs libres, de l’éducation au numérique, de la participation au débat publique, de l’accès aux publications, aux données ouvertes et liées.
À l’heure, notamment, du lancement de la Stratégie numérique du Québec et de l’ouverture du fonds Stratégie numérique du Conseil des arts du Canada, la question des savoirs libres est au cœur de l’actualité. Ne manquez pas ce premier rendez-vous de la saison où plusieurs conférencières.ciers viendront présenter en session éclair des projets autour de la SQIL.

Les étudiant.e.s ont répondu en grand nombre, et j’ai reçu des courriels me demandant de partager les contenus et les projets présentés.

Voici, en ordre de présentation, quelques notes et des liens qui ont servi de support lors des interventions.

 Le Café des savoirs libres

François Charbonnier et Lëa-Kim Châteauneuf, tous les deux bibliothécaires, ont présenté le Café des savoirs libres et le sens de l’engagement de ceux et celles qui le font vivre à travers une diversité d’actions portant sur les communs numériques. Les projets et les activités du collectif se déroulent presque toujours en partenariat avec les bibliothèques publiques, notamment les bibliothèques de Montréal, et d’autres organismes dont les missions sont convergentes : Wikimedia Canada, OpenStreetMap, FACIL, SavoirsCom1, etc. Le Calendrier de l’Avent du domaine public a fait l’objet d’une attention particulière : il fait beau, mais pour nous, Noël s’en vient, et nous avons besoin de mains pour écrire les notules destinées à célébrer l’aréopage 2018 des entrants dans le domaine public.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, BAnQ (volet bibliothèque)

Anne-Marie Boisvert, bibliothécaire à BAnQ, a décrit trois activités en collaboration avec Wikimedia Canada et OpenStreetMap qui offrent aux participant.e.s la possibilité de contribuer à la diffusion du patrimoine documentaire québécois sur Internet : Mardi, c’est wiki, Wikicommons, Mercredi cartographie.

Bibliothèque et Archives nationales du Québec, BAnQ (volet archives)

Frédéric Giuliano de BAnQ, archiviste et coordonnateur, a fait le récit de la collaboration croissante entre les archives nationales et Wikimedia Canada. Comme Anne-Marie Boisvert, il a insisté sur les motifs de cette transformation de la culture professionnelle et organisationnelle qui nous pressent à s’engager dans cette voie.

J’ajoute la captation vidéo de la conférence livrée à Wikimania 2017 par Hélène Laverdure, conservatrice et directrice générale des Archives nationales de BAnQ, et Frédéric Giuliano, ainsi que les articles produits sur les activités réalisées au cours de ce congrès par Radio-Canada :

OpenStreet Map Montréal

Responsable du chapitre montréalais d’OpenStreet Map, Pierre Choffet a présenté les fondamentaux de la cartographie libre en soulignant l’intérêt de travailler avec les bibliothèques publiques au sein d’activités qui rejoignent les citoyen.nes dans les quartiers, véritables expert.e.s de leur territoire. Outre, les Mercredi cartographie à BAnQ, les Café des savoirs libres dans les bibliothèques publiques, des cartoparties sont aussi organisées au fil des saisons.

La Cinémathèque québécoise

Marina Gallet, responsable de la Médiathèque Guy-L.-Coté,  a présenté le projet de la Cinémathèque québécoise autour des communs via les projets Wikimédia. Trois types d’activités sont prévus dès cet automne :

  • Une séance photo de cinéastes invités au dévoilement des activités et du graphisme des prochains Sommets du cinéma d’animation, qui s’est déroulée le mercredi le 13 septembre et dont les images ont été versées dans Commons.
  • Un atelier contributif tous les 3èmes mercredis de chaque mois, de 18h à 21h, du 20 septembre au 20 juin. Chaque atelier est dédié à un.e cinéaste d’animation québécoise. Un premier edit-a-thon consacré à Janet Perlman a eu lieu cette semaine ; les photos de l’activité sont visibles sur Commons.
  • Une présentation de wikipédia/wikidata/wikimediaCommons, visant principalement les professionnels du cinéma, qui aura lieu lors du festival des Sommets du Cinéma d’animation.
  • La page GLAM de la Cinémathèque québécoise 

Marina Gallet a rappelé les raisons qui ont amené la Cinémathèque québécoise à s’engager dans cette collaboration avec Wikimedia Canada et le Café des savoirs libres. En tant que référence mondiale en cinéma d’animation, conservant et documentant un important patrimoine en la matière, la Cinémathèque a estimé qu’elle avait une responsabilité à l’égard de la qualité des données et des ressources offertes au public sur cette plate-forme qui est une des plus visitées dans le monde ; ensuite, cette visibilité contribue à la promotion du cinéma d’animation QC et, du même coup, à préserver le positionnement de cette institution comme une autorité dans le domaine.

Il était aussi important de réaliser, selon elle, qu’il est dommage de garder ce travail de documentation et de préservation pour soi en interne ou sur le site Web (sur le Web et non dans le Web), alors qu’il peut servir à tellement d’autres personnes lorsqu’on le rend accessible librement.

FACIL et la SQIL

Président de FACIL et responsable de la coordination de la SQIL, Mathieu Gauthier-Pilote a présenté les Services FACIL, un projet complémentaire aux Chatons de FRAMASOFT, qui visent à contribuer à la dégooglisation de l’internet. C’était aussi l’occasion d’aborder, la question de l’inclusion numérique en considérant, à rebours des interventions des invité.e.s précédent.e.s qui célébrait l’ouverture et le partage, la configuration de ce territoire numérique dont on voudrait s’exclure et des informations que l’on souhaiterait ne pas partager.

Le recours collectif de Copibec c. l’Université Laval

Invité surprise, et qui a bien voulu accepter de se joindre à nous malgré une invitation tardive : Emmanuel Château-Dutier, professeur à l’Université de Montréal, est venu exposer le sujet très chaud du recours collectif de Copibec c. l’Université Laval. Il a parlé des conséquences néfastes que ce procès pourrait entraîner si le principe de l’utilisation équitable des oeuvres dans le contexte de l’éducation et de la recherche au Canada était remis en question par le biais d’un jugement défavorable à cette exception. Les auteur.e.s d’ici, et d’ailleurs, soumis au régime de COPIBEC, et qui sont sensibles à la question du droit collectif dans un tel contexte, sont invité.e.s à se retirer avant le 15 octobre de ce recours collectif.  [Je propose le mot-clic  #COPIBECpasenmonNOM ]

Emmanuel Château-Dutier a accepté de fournir également des contenus au sujet de l’affaire Copibec sous forme de revue de presse :

La Déclaration des communs

Pour clôturer la séance, des copies de la Déclaration des communs, qui résument les principes et les partis pris de ces engagements à l’endroit de la culture ouverte et des savoirs libres, ont été remises à l’audience. Rappelons que nous attendons toujours que la ministre Anglade nous disent ce qu’elle en pense, et où elle loge en regard de ces propositions soumises dans le contexte de la consultation citoyenne pour la Stratégie numérique – et qui se fait attendre.

C’était court, dense et intense…Un immense merci à tou.tes. les intevenant.e.s et  les participant.es. Si vous avez des questions sur ces initiatives, il me fera plaisir d’y répondre ou de vous re-diriger vers les porteurs et les porteuses de projets.

Note : Cette année, l’EBSI est partenaire d’activités de la SQIL.

Passer du chhhhut à une prise de parole politique : La semaine des bibliothèques publiques, parlons-en!

Un atelier Wikipédia à la bibliothèque Mordecai-Richler en collaboration avec Mémoire du Mile End.

Un atelier Wikipédia à la bibliothèque Mordecai-Richler en collaboration avec Mémoire du Mile End.

Dans l’édition de vendredi du Devoir, Stéphane Legault sort du placard à l’occasion de la 17e Semaine des bibliothèques publiques. Et cette année, on ne fait pas dans le gnangnan. Le président de l’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ) porte un discours d’une intensité politique que l’on a rarement entendu dans le monde feutré des bibliothèques. Il a bien raison de ne pas chuchoter.

 

C’est compliqué

Le Québec et ses bibliothèques…L’itinéraire difficile d’une société qui porte un lourd héritage de sous-scolarisation et d’analphabétisme avec en prime des couches sédimentées de méfiance atavique, sinon catholique, par rapport aux livres, à la lecture, et plus généralement, pour la chose intelloculturelle. Comme le soulignait l’historien des bibliothèques, Marcel Lajeunesse, s’appuyant lui-même sur Jean-Paul Baillargeon et quelques autres, la relation des Québécois et des bibliothèques est « compliquée » :

Depuis plus de deux décennies, le sociologue Jean-Paul Baillargeon scrute et analyse, statistiques à l’appui, l’institution bibliothèque publique. Il a raison de souligner que l’histoire des relations des Québécois avec la lecture est bien compliquée. L’historien de la littérature Maurice Lemire avait constaté, dans ses recherches, que le peuple québécois avait été soumis pendant plus d’un siècle à une campagne systématique contre la lecture. Baillargeon fait remarquer que le ministre Georges-Émile Lapalme, créateur du ministère des Affaires culturelles et du Service des bibliothèques publiques, homme de culture, a rédigé trois gros volumes de mémoires sans même mentionner le mot bibliothèque. Malgré cela, il constate que la bibliothèque publique a, depuis le début de la décennie 1990, un haut taux de fréquentation ou d’assistance par rapport aux autres pratiques culturelles et qu’elle est l’institution culturelle la plus intensément fréquentée par les usagers. Par ailleurs, il constate que les bibliothèques publiques n’ont pas une vision très claire de leur place et de leur rôle dans l’ensemble des pratiques culturelles. Ceci s’explique en grande partie par le fait que peu de travaux ont été réalisés sur les rapports de la bibliothèque publique avec la société en ce qui concerne la transmission de la culture.

C’est compliqué parce que, justement, il est loin d’être clair que la vision des bibliothèques québécoises est si clairement culturelle quoiqu’en pensent ces théoriciens qui se succèdent depuis 20 ans en forçant la dominante du « projet culturel ». Mais, cela dit, si l’on force la note, c’est pour des raisons que l’on peut aisément comprendre puisque l’enjeu de ce projet est étroitement associé à des revendications identitaires et des enjeux de survie pour lesquels les bibliothèques sont convoquées en tant que gardienne de la mémoire et de l’avenir culturel d’une nation.

C’est compliqué parce que dans la pratique, les usages bibliothéconomiques au Québec sont nourris par des échanges et des comparaisons avec les bibliothèques publiques canadiennes, américaines ou anglomontréalaises bien ancrées dans un discours et une proposition sociale, hérités du Public Library Movement.  La comparaison est souvent un peu décourageante, mais elle agit comme un horizon régulateur incontestable. Même si, et pour ajouter à cette situation compliquée si c’est possible, le fait que les bibliothèques relèvent du Ministère de la culture tend à avantager le modèle culturel au détriment du modèle social ou éducatif à l’occasion des allocations que l’on prononce sur elles.

Du désordre dans [la vision de] la bibliothèque?

Si la vision n’est pas claire, c’est peut-être que l’on peine à assumer et à reconnaître cette dualité essentielle :bibliothèque culturelle, oui certes mais souvent, et plutôt, sociale quoique cette signature soit rarement reconnue comme telle, ainsi que le souligne Stéphane Legault dans l’article :

Tout ce qui est éducation et accès à l’information n’est pratiquement pas reconnu ici comme une de nos missions. Et l’alphabétisation, pas du tout. C’est malheureux dans une province dont 49 % de la population est analphabète.

À cet égard, l’agenda 21 de la culture ouvre la possibilité de réconcilier cette identité plurielle en promouvant la culture par le social et le social par la culture. Mais l’arrivée de l’appareil théorique de l’agenda 21 comme celui des Objectifs du millénaire pour le développement et l’après-2015 de l’ONU, ou celui des biens communs, restent à être intégrés dans le discours, les valeurs et le travail des bibliothécaires qui sont en train d’accueillir cette vision nouvelle au service de la justice sociale. Et ce n’est pas simple…

Qui sait au fond, peut-être que la vision de la bibliothèque publique d’aujourd’hui ne souffre pas d’un si grand désordre après tout? Peut-être faut-il plutôt changer notre vision de l’ordre et s’engager à voir, écrire, documenter, raconter les transformations en cours pour mieux y participer, les communiquer et les partager?

Et si le milieu académique contribuait à clarifier ces ambivalences apparentes, ces hésitations qui sont peut-être de l’innovation en émergence, cette vision plurielle renouvelée,  et à soutenir les acteurs de terrain, comme acteurs du changement, dans l’élaboration de ce nouveau narratif? Ce serait bienvenu.

Car, Lajeunesse avait raison aussi de souligner, et c’est encore vrai aujourd’hui, que si c’est compliqué et confus, c’est aussi parce que « peu de travaux [de recherche] ont été réalisés sur les rapports de la bibliothèque publique avec la société [sur la transmission de la culture] ».  Mais pas seulement en ce qui concerne la transmission de la culture : En ce qui concerne les rapports que la bibliothèque publique québécoise entretient avec quelques instances que ce soit au sein de la société civile.

Le milieu académique québécois, à travers les écoles de bibliothéconomie et des sciences de l’information, ne s’est pas impliqué, et ne s’implique pas davantage aujourd’hui, tant du côté anglophone pour des raisons de barrières linguistiques que du côté francophone, à l’Université de Montréal (l’EBSI), qui n’a rien à offrir aux bibliothèques publiques du Québec, même sur le territoire montréalais qu’elle partage avec celles-ci.

Certes, ces écoles « forment » des bibliothécaires, mais à peu près aucune recherche académique n’y est produite ayant pour sujet les bibliothèques publiques (à tout le moins qui se rendent sur le terrain, et comme il s’en réalise abondamment ailleurs). Et ce, même si le Québec investi dans des programmes de rattrapage historique en matière de lecture publique. Au moment où ils en ont le plus grand besoin, en raison des défis auxquels ils sont confrontés dans le domaine de l’éducation informelle, de l’inclusion numérique, etc., la société civile et le milieu des bibliothèques publiques, sont abandonnés à leur sort par ces partenaires du savoir que devraient représenter les universités qui n’assument pas leur responsabilité sociale à cet égard.

Puis, ils sont nombreux à déplorer que les bibliothécaires qui sortent de ces écoles arrivent en milieu de travail déconnectés de la réalité des bibliothèques publiques d’aujourd’hui. S’ils sont géniaux les nouveaux bibliothécaires, c’est que le génie, comme il se doit, vient de l’intérieur, et qu’ils doivent le plus souvent leur succès à leur intelligence et leurs qualités personnelles.

Travailler en littératie qu’elle soit scientifique, économique, médiatique, ou en alphabétisation

Lors de la publication d’une enquête menée sur l’inclusion numérique (notamment par l’Université du Maryland), le président de l’American Library Association, Sari Feldman, affirmait que le rôle social des bibliothèques se déclinait à travers une série de grands enjeux que l’on désigne par les « E » pour éducation, emploi , entrepreneuriat , empowerment et engagement.

Un énoncé qui va dans le sens de ce que Legault revendique :

Une société forte et une économie puissante reposent sur une population “apprenante”, capable de lire, d’écrire, d’interpréter un texte, renchérit Stéphane Legault. La population en bibliothèque continue à augmenter, et c’est une institution qui peut aller chercher toutes les tranches d’âge, tous les types de personnes. On veut travailler aussi en littératie — qu’elle soit scientifique, économique, médiatique [médias numériques], ou en alphabétisation. Tout ça a un impact sur le citoyen. Je trouve qu’on n’a pas les moyens de ne pas aller de l’avant.

Or, cette année, la Semaine des bibliothèques publiques vise « la reconnaissance de l’entièreté du rôle des bibliothèques par les différentes municipalités. » Cette compréhension déficiente du rôle des bibliothèques publique apparaît déplorable « [s]urtout, ajoute Legault, dans le contexte économique que l’on connaît. Quand on sait que pour chaque point de littératie gagné, le PIB du Québec augmente de 1,5 %, c’est un super bon investissement, une bibliothèque ! » Cette donnée qui fut amenée par l’économiste Ianik Marcil, je crois, lors d’un colloque réunissant les bibliothèques publiques québécoises au printemps dernier, est saisissante.

Et pour arriver à ce résultat, tous les membres de la société civile sont appelés à faire leur part. On vise souvent les villes, les décideurs, les gestionnaires, d’accord, mais j’ai pris un autre angle et le parti pris de souligner le rôle que pouvaient aussi jouer les universités, en particulier les écoles de bibliothéconomie, en terme d’engagement communautaire et de responsabilité sociale pour le développement de la littératie, de la lecture publique et des bibliothèques.

Les bibliothèques publiques québécoise veulent aussi savoir pour construire un savoir commun, pour mieux se développer et servir leurs publics.

Par ailleurs, une loi sur les bibliothèques publiques, dont on ne dispose plus depuis au-delà de 20 ans – le Québec étant la seule province dans cette situation de vulnérabilité au Canada – constituerait un autre atout absolument stratégique, comme le fait valoir Legault à juste titre. Ceci est une autre histoire dans cette laborieuse histoire des bibliothèques publiques québécoises qui s’écrit avec son lot de fautes d’orthographe et de syntaxe.

Tout de même, bonne semaine des bibliothèques, et parlons-en!

La semaine des bibliothèques publiques se déroule du 17 octobre au 24 octobre 2015.