Les 100 ans de la première bibliothèque publique francophone de Montréal

En ce 13 mai 2017, quelques fans se sont rassemblés sur le parvis de l’Édifice Gaston-Miron pour commémorer le centenaire de la première bibliothèque publique francophone de Montréal. Le 13 mai 1917, cette nouvelle bibliothèque publique, gagnée au terme de « luttes acharnées » pour reprendre les mots de Éva Circé-Côté, était inaugurée en présence du Maréchal Joffre, vainqueur de la Marne, héros de la première guerre.

Pour l’occasion, nous avons lu le récit de cette inauguration telle qu’elle est décrite dans un ouvrage récent de François Séguin, D’obscurantisme et de lumières : La bibliothèque publique au Québec des origines au 21e siècle (Hurtubise, 2016, p. 490-491). Nous avons fait résonner, tout particulièrement, un extrait de l’allocution emphatique du bibliothécaire en chef, Hector Garneau, petit fils de l’historien national  :

M. Le Maréchal,

La Ville de Montréal met son orgueil et sa joie à posséder maintenant la première bibliothèque municipale française qui soit en Amérique. Mais la plus belle gloire de notre bibliothèque sera toujours d’avoir été inaugurée par le soldat sublime devant lequel s’incline l’humanité, par le fils adoré de cette France que nous aimons comme nos pères l’aimaient au jour de son berceau, et qui, après nous avoir donné Jacques Cartier et Champlain, et d’Iberville, Montcalm et Lévis, Maisonneuve et Lasalle, Frontenac, nous envoie aujourd’hui la plus grande figure de son génie militaire et de son âme héroïque, le Maréchal Joffre […]

34254745630_0df629f48a_zJ’ai aussi souligné que ce « palais des livres » avait été fondé sur la philosophie de la bibliothèque publique c’est-à-dire sur « […] la conviction profonde que l’homme est un être rationnel qui pourra être placé devant un éventail suffisamment large de savoir pour qu’il puisse en tirer librement, selon ses besoins, les possibilités culturelles, éducatives, « informationnelles » et récréatives propre à fonder son autonomie au sens le plus large du terme, permettant son épanouissement et , partant, celui de la collectivité à laquelle il appartient. » – comme l’a exprimé jadis André Castonguay, ancien professeur à l’EBSI, en commentant ces événements. (« La bibliothèque publique et les Québécois », Documentation et bibliothèques, vol. 19, no 4, 1973, p. 149 tiré de Lecture et culture au Québec par Marcel Lajeunesse, p. 218).

Eugène Payette fut l’architecte de cette première bibliothèque publique de Montréal, mais aussi celui de la bibliothèque St-Sulpice, inaugurée quelques années plus tôt sur la rue St-Denis. Marcel Lajeunesse nous rappelle que la création de cette dernière, fondée par les sulpiciens, 33830282673_bd1a2e0911_m« avait pour objectifs, parmi d’autres évidemment, d’empêcher la fondation d’une bibliothèque publique, laïque, neutre et municipale, « en la rendant inutile ». » (2004, 114) La bibliothèque St-Sulpice, en tant que bibliothèque catholique et opposée aux principes du libre-arbitre et de l’autonomie des agents, ne peut, à cet égard, revendiquer le titre de première bibliothèque publique francophone de Montréal.

La célébration de cet après-midi a été précédée d’une série de recherches pour valider les dates de la livraison du bâtiment, de l’inauguration et celle de l’ouverture de la bibliothèque de Montréal au public. Pour dire la vérité, certaines zones d’ombres persistent encore, nous y reviendrons sans doute.

Les archives vivantes

  • Un aperçu de cette activité qui s’est prolongée en cartopartie avec OpenStreet Map Montréal a été mis en mémoire ici :

 

  • Les photos présentées ici proviennent de l’album sur Flickr réalisé par Léa-Kim Châteauneuf (merci!) en licence cc-by-sa.
  • D’autres photos captées par Benoit Rochon sont également visibles sur Wikicommons.

Récit visuel de la bibliothèque publique de Klostergården à Lund #design_suédois

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Complété en 2014, le projet de Klostergårdend poursuit la vision décrite dans l’article précédent. « [I]nclusive et accueillante pour tous les citoyens », cette bibliothèque tiers lieu incarne « un lieu pivot et un point de rencontre au coeur du voisinage. » Elle se distingue, en outre, par :
1. Le partenariat dans la communauté : « La nouvelle bibliothèque se veut beaucoup plus que « juste » une bibliothèque – Coopération étroite et collaboration étaient nécessaires et ont été mis en place avec le service local de garderie après l’école. »
2. Le rayonnage organique qui favorise le marchandisage et la recommandation de lecture indirecte.
3. Meröppet på biblioteket. Une carte spéciale qui permet aux abonné.e.s  d’accéder à la bibliothèque en dehors des heures d’ouverture. Le design au service de la confiance.

16 grands textes et documents de référence pour tracer l’horizon d’un projet de bibliothèque

DSC_0195

Sur Espace B, j’ai publié une liste avec les fondamentaux qui définissent un cadre conceptuel pour un projet culturel que ce soit un nouveau service, un lieu de diffusion, élaborer un plan d’action culturel ou programmer une bibliothèque. Dans la foulée de la récente Déclaration, Montréal, engagée pour la culture, c’est l’occasion de mettre à jour ses lectures de base. Dans l’article qui suit, on trouvera les liens vers 16 textes essentiels aujourd’hui pour penser la bibliothèque publique considérant que celle-ci est plus qu’un espace, c’est une idée et un projet dans la cité,  Montréal en l’occurrence. Plusieurs de ces déclarations et ces documents de référence peuvent aussi nous aider à mieux saisir les enjeux entourant la réflexion actuelle sur les Objectifs du Millénaire, et le programme de développement pour l’après-2015 en préparation qui est destinée à «aborder de nombreuses problématiques : mettre fin à la pauvreté et à la faim, améliorer la santé et l’éducation, bâtir des villes plus durables, combattre les changements climatiques et protéger les océans et les forêts», et pour lesquels les bibliothèques seront interpellées. Ainsi, la récente Déclaration de Lyon a été précisément élaborée dans le but de positionner les bibliothèques dans le cadre de ce programme.
  1. Déclaration universelle des droits humains (dont l’article 19)
  2. Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle
  3. Objectifs du Millénaire
  4. Agenda 21 de la culture et Agenda21C 
  5. Manifeste de l’UNESCO sur la bibliothèque publique
  6. Proclamation d’Alexandrie sur la maîtrise de l’information et l’apprentissage tout au long de la vie
  7. Déclaration de Lyon
  8. Manifeste IFLA/UNESCO pour Internet 
  9. Politique de développement culturel (2007)
  10. Plan d’action 2007-2017 Montréal, métropole culturelle 
  11.  Déclaration Montréal, engagée pour la culture
  12. Vers des quartiers culturels durables 
  13. Diagnostic et plan de consolidation des Bibliothèques de Montréal
  14. Montréal, ville UNESCO design 
  15. Montréal, ville de savoir
  16. Manifeste de SavoirsCom1

La liste complète des textes est accessible sur Espace B. Si vous avez d’autres documents à proposer, n’hésitez pas à le faire en commentaire.