Design social : YOUmedia, un laboratoire numérique pour les jeunes de Chicago

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le YOUmedia est-il l’avenir de la bibliothèque? Mon collègue, Patrick Lozeau a visité cet espace récemment et a bien voulu partager ses images ainsi qu’un commentaire sur le lieu. C’est l’occasion de poursuivre l’exploration des laboratoires en bibliothèques. Le projet du YOUmedia a reposé sur une approche de design social et participatif impliquant la présence des adolescents dans le processus de la conception. La documentation sur le YOUmedia est abondante, on peut même y trouver le programme et un schéma d’aménagement. En guise d’introduction, je reprends ici les principaux éléments de cette démarche.

Le YOUmedia se définit comme un espace d’apprentissage des nouveaux médias conçu pour les adolescents qui a été inauguré en 2009 au sein de le Chicago Harold Washington Library Center.

Suivant le parti pris philosophique du YOUmedia, il s’agit de permettre aux jeunes d’apprendre à être des créateurs de contenus éclairés plutôt que de simples consommateurs.

On assume que la littéracie des nouveaux médias doit être développée très tôt chez les jeunes par le biais de différentes expériences formelles et informelles, mais qui seront intrinsèquement motivantes parce qu’elles impliquent l’utilisation des nouveaux médias.

Et comme aujourd’hui les compétences relatives aux nouveaux médias sont transversales, dans la mesure où elles croisent à peu près toutes les dimensions de la culture, on s’inscrit dans une démarche large de translittéracie.

Il s’agit aussi d’une approche de type « learning by doing » c’est-à-dire que l’apprentissage est réalisé par le biais d’activités de fabrication, de manipulation en réalisant des projets, fondés sur les intérêts, et qui favorisent la pensée critique, la créativité et le renforcement des compétences. On constate à travers dans les images plus récentes du YOUmedia que celui-ci a intégré un volet de laboratoire de fabrication dans l’esprit des fab labs.

Selon les programmateurs, le YOUmedia relève deux défis considérables auxquels font face les bibliothèques publiques d’aujourd’hui:

• Le manque d’espaces engageants et appropriés, numériques et physiques, pour les adolescents dans les bibliothèques publiques;
• Le manque d’opportunités pour les adolescents leur permettant de développer des compétences numériques adéquates pour fonctionner dans la société contemporaine;

La réponse à ces défis au YOUmedia a consisté à offrir des espaces appropriés aux adolescents susceptible de leur permettre de réaliser des projets qui font sens pour eux en ayant la possibilité d’accéder à un registre varié de ressources : des livres, une centaine d’ordinateurs portables et de bureau, des outils de création médias, des logiciels pour la photo, la vidéo, le dessin, la musique. Le YOUmedia propose également un studio d’enregistrement maison avec des claviers, de tables tournantes, et une table de mixage.

Plus précisément, la réponse à ces défis a été globale avec une proposition comportant 5 ingrédients essentiels :

1) L’espace. Dans un YOUmedia, il doit avoir un espace physique où les jeunes peuvent se rassembler de même qu’un espace en ligne pour le réseautage social, la diffusion de leurs œuvres et le partage d’idées.

La conception de l’espace YOUmedia a découlé des travaux du professeur Mizuko Ito, Living and Learning with Digital Media (2008), qui a produit une étude ethnographique auprès de 700 jeunes montrant que les jeunes participent aux médias numériques selon trois modalités :
• Le Hanging Out lorsqu’ils «traînent» et conversent avec des amis dans les espaces sociaux comme Facebook.
• Le Messing Around lorsqu’ils bricolent avec les médias numériques, font des vidéos simples, jouent à des jeux en ligne, publier des photos dans Flickr, etc.
• Le Geeking Out lorsqu’ils approfondissent l’exploration de leurs principaux intérêts et de leurs passions : musique rap, création de fan fiction, de robots, etc., souvent à travers des collaborations et en bénéficiant de l’apprentissage par les pairs.

Ito et als. ont observé que ces activités en ligne contribuent à l’apprentissage des jeunes de manière significative au-delà des expériences dans les programmes scolaires ou de la communauté. Le YOUmedia est organisé et aménagé avec trois zones distinctes qui correspondent à ce schéma des usages :

  • Une zone de Hanging Out pour échanger et converser. C’est un espace social avec une ambiance détendue où les adolescents peuvent lire, parler avec des amis, sur place ou via les réseaux sociaux. L’environnement, dit-on, est conçu pour offrir «une introduction sans pression à la technologie».
  • Une zone de Messing Around pour explorer et expérimenter. Cet espace vise à favoriser l’exploration des supports numériques pour ceux qui ne sont pas nécessairement prêts à s’engager dans des ateliers plus structurés.
  • Une zone de Geeking Out pour creuser, approfondir, pour aller plus loin, souvent avec l’aide d’un mentor ou d’un bibliothécaire, par l’intermédiaire d’ateliers et de projets. Dans ce cas, le YOUmedia propose un espace de formation et d’apprentissage collaboratif.

Les autres conditions du concept de YOUmedia :

2) Les mentors. Dans un YOUmedia, il doit avoir des mentors pour accompagner les jeunes dans leurs projets.

3) Les intérêts. Dans un YOUmedia, on favorise l’apprentissage des jeunes en tenant compte de leurs intérêts.

4) La recherche. Dans un YOUmedia, la programmation et l’offre de services sont continuellement ajustées en fonction des collectes de données et des informations recueillies sur les besoins des jeunes par des chercheurs. L’Université de Chicago, notamment le département de sociologie et l’Institut d’éducation urbaine, a été étroitement impliquée dans les cueillettes de données, les études, les processus et les évaluations ayant servi de cadre au YOUmedia.

5) Les partenaires. Le YOUedia est le résultat d’une collaboration entre divers partenaires qui contribuent à offrir différentes opportunités et des ressources aux jeunes.

Patrick Lozeau a visité l’espace YOUmedia avec le regard avisé qu’on lui connaît au sein de la profession, et il a généreusement accepté de partager son point de vue en commentant le lieu :

Avant de répondre à tes questions, j’aimerais préciser que j’ai eu l’occasion de visiter le YOUMedia à deux reprises. Ma première visite remonte à septembre 2009. À ce moment, j’ai visité l’espace un samedi en fin d’après-midi quand l’endroit était plein d’adolescents. J’y suis retourné un matin de semaine pour prendre les photos sans les jeunes. Cette année, j’ai visité l’endroit un mercredi après-midi quand plusieurs jeunes s’y trouvaient.

Quels sont les aspects que tu as jugés les plus intéressants dans cet espace ?

Je suis quelqu’un de très visuel, je dois retourner à mes photos pour m’aider à répondre à tes questions. Cependant, l’élément qui m’a le plus marqué sans regarder mes photos, c’est l’esprit de l’endroit. YOUmedia se situe dans la bibliothèque centrale de Chicago, la Harold Washington Library, mais la minute que tu entres dans l’espace, tu n’as pas l’impression de rentrer dans une bibliothèque. Il règne plutôt un esprit de maison des jeunes. Les livres sont toujours présents, mais les bibliothèques disposées sur les murs changent la perception de l’endroit. Pour moi, c’est très positif si l’objectif est d’attirer une nouvelle clientèle qui aurait une image négative d’une bibliothèque.

Qu’est-ce que tu améliorerais dans le YOUmedia ?

Difficile d’émettre une critique sur un endroit qu’on connaît seulement comme «touriste». Pendant mes visites, je n’avais pas l’impression que le personnel s’impliquait dans les activités du YOUmedia. J’avais l’impression que les jeunes interagissaient plus souvent avec le gardien de sécurité qui est présent en permanence. Je sais qu’ils ont des activités, mais quand une personne entre dans l’espace, il est difficile de le repérer et c’est un élément qu’ils devraient améliorer.

Est-ce que tu penses que le modèle du YOUmedia est un modèle – en termes de concept, design, services, mentorat – dont on pourrait s’inspirer pour développer des espaces pour les ados ou les jeunes adultes à Montréal ?

Je pense que oui. Pour moi, YOUmedia représente l’évolution de la bibliothèque contemporaine : l’espace de ressources et de création sous toutes ces formes. Ça m’est aussi apparu comme un endroit de socialisation pour les jeunes. Une sorte de point de rencontre où on peut se donner rendez-vous pour passer du temps. Le local est grand avec peu ou pas d’ameublement fixe. Ceci permettrait de changer, déplacer, reconfigurer l’endroit à n’importe quel moment dans le futur. C’est un gros avantage. Le mobilier (surtout les divans) m’a semblé usé après quatre ans, mais l’équipement informatique et électronique semblaient toujours en place et fonctionnel.

Selon plusieurs designers aujourd’hui, les concepts des espaces pour les ados définissent les orientations des bibliothèques à venir pour tous les publics. Et, à l’instar de mon collègue Patrick Lozeau, je crois que le YOUmedia s’avère une des illustrations les plus intéressantes d’une intention aboutie visant à intégrer les nouveaux usages associés à la culture numérique et la participation culturelle dans l’espace physique de la bibliothèque. La YOUMedia représente aujourd’hui ui un projet structurant, une référence de base, un modèle à partir duquel on se réfère pour identifier des nouvelles pistes, que ce soit en termes de démarche ou de design social, dans le but d’aller encore plus loin.

Pour aller plus loin :

Une liste de 14 films sur Paris pour mon fils

Il a déjà vu quelques grandes villes : Londres, Dublin, Washington, New York, San Francisco, Chicago, Toronto…et il connaît bien Montréal! Il rêve de Tokyo, mais tout récemment, Paris était notre destination.

C’est un tout jeune ado, complètement solaire et juste assez insolent, avec un appétit sans fond qui peut vider indifféremment le pot de crème glacée au chocolat, la bibliothèque ou internet. Voici une liste de 14 films, comme dans 14 juillet, avec Paris comme personnage, des films qui font varier les contextes de création, les genres, les sujets historiques, les points de vue, sélectionnés pour lui, ceux de son âge et les parents curieux.

C’est un défi de curation intéressant que celui qui consiste à créer une collection pour un public ado, du côté du cinéma et dans un ancrage culturel autre…

1. Les 400 coups par François Truffaut

L’oeuvre en noir et blanc a fait sourcillé l’auditoire au début mais la troublante fraîcheur de ce récit intimiste l’a emporté.

2. An American in Paris par Vincente Minelli

Excellente réception jusqu’à la scène finale avec le ballet de Gershwin qui dure 20 minutes quand même. Toutes les cartes postales y passent.

3. Les aventures de Rabbi Jacob par Gérard Oury

Succès en majeur (comprendre très grands éclats de rire) avec le commentaire social en boni. Cette comédie désopilante a entraîné des demandes pour d’autres films de Louis de Funès et du coup se sont ajoutés L’aile ou la cuisse, La grande vadrouille ainsi que d’autres à venir.

4. Boudu sauvé des eaux par Jean Renoir

Pour le plongeon dans la Seine et dans l’univers de Jean Renoir. Le clochard Boudu (Michel Simon), roi du désordre qui sème l’anarchie dans la famille, dispose d’un excellent crédit auprès de ce public cible…

5. Dîner de cons par Francis Weber

Très grands éclats de rire qui contribuent aussi à donner un autre point de vue sur la société française avec sa hiérarchie sociale,  ses castes, son aristocratie.

6. Entre les murs par Laurent Cantet

Détour par la banlieue de Paris et le lycée en huis-clos, c’est la France en quête de ses identités. Ce film a été lauréat de la Palme d’Or en 2008, réalisé avec peu de moyens mais beaucoup d’intelligence.

7. L’esquive par Abdellatif Kechiche

La caméra signature de Kechiche s’attarde sur les jeunes protagonistes, un peu valsante, un peu hésitante mais la critique sociale ne manque pas d’assurance. Remarquable.

8. Le fabuleux destin d’Amélie Poulain par Jean-Pierre Jeunet

C’est le film parfait pour paver le chemin vers Paris. Bien sûr ensuite il faut partir à la recherche des photomatons à la Gare de l’est, du restaurant Aux deux moulins, des berges du canal St-Martin, etc.

9. Hugo Cabret par Martin Scorsese

Cette réalisation est basée sur le livre The Invention of Hugo Cabret par  Brian Selznick qui nous avait tous déjà ravis et qui raconte l’histoire d’un jeune garçon en quête de la clé (littéralement) de son existence. Ce film enchanteur de Martin Scorsese parle de l’amour du cinéma et de Paris à l’âge des machines.  Ici, il faut faire un détour par la bibliothèque Sainte-Geneviève qui a servi de décor dans le film.

10. Les Misérables par Josée Dayan

Difficile à éviter comme il est difficile de s’y retrouver entre les versions, celle de Lelouch, celle de Robert Hossein, etc. Nous avons visionné celle de Dayan, sur les conseils de mon vidéothécaire, et qui a bien fait l’affaire, avec Gérard Dépardieu, Charlotte Gainsbourg, John Malkovitch. Une nouvelle version de Les Misérables est prévuw sur les écrans en 2013.

11. Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran par François Dupeyron

Pour le récit initiatique d’un jeune garçon de 13 ans accompagné par un homme plus âgé (Omar Sharif ) dans la découverte de la vie et des femmes.

12. Les Triplettes de Belleville par Sylvain Chomet

Coup de coeur, éclats de rire, délice sucré-salé (quoique la saveur des pattes de grenouilles et des têtards en brochettes passe plus ou moins bien). En complémemt, il y a le plaisir d’aller revoir la performance déjantée de Beast et de Benoît Charest interprétant la chanson thème aux Oscars sur Youtube avec la balayeuse et les roues de bicycle.

13. Tous les matins du monde par Alain Corneau

Pour l’amour de la musique (l’ado a des goûts éclectiques) et l’aller-retour entre Paris et Versailles à travers l’histoire du maître de la viole de gambe qui fut professeur de Marin Marais.

14. Zazie dans le métro par Louis Malle

Les tribulations de la gamine délurée de Raymond Queneau est un moment de cinéma savoureux qui n’a pas pris plus de rides que son héroïne éponyme.

Et puis, et puis…

J’ai aussi pensé aux films suivants : Subway (Besson), Diva (Beneix), Chacun cherche son chat (Cédric Klapish) et Les Ripoux. On verra.

Pour mettre la main sur tous ces films, il a fallu faire un peu de milage et de contorsions : bibliothèques, achat, location (merci la Boîte noire où l’on peut maintenant emprunter des films pour un mois), utorrent, youtube…

Également pour visionnement futur et…pour les parents tout de suite: Midnight in Paris, Round Midnight, Les enfants terribles, Polisse, À bout de souffle, L’atalante, Caque d’or, Les amants du Pont-neuf, Le dernier métro, Jules et Jim, Les enfants du paradis, Danton, Paris, Ascenseur pour l’échafaud, Le Père Noël est une ordure,  Vous aimez Brahms ?, Hôtel du Nord, Belle de Jour, Les femmes du 6ième étage, Paris brûle-t-il…

Il semble qu’une adaptation de L’écume des jours sera disponible en 2013…

Pour aller plus loin :

Si j’ai fait des oublis impardonnables, merci de contribuer à améliorer cette sélection !