OpenCon Satellite Montréal 2018 #libreaccès #libreéducation #donnéesouvertes

Avec la complicité de Jean-Sébastien Sauvé, il me fait plaisir d’annoncer cet OpenCon Satellite Montréal 2018 qui se tiendra le 19 octobre prochain; un événement qui précède et qui pave la voie pour la Semaine du libre accès.

C’est une occasion unique de découvrir, de mettre en commun, d’amplifier des projets, des idées et des savoirs sur le libre accès, la libre éducation et les données ouvertes, développés un peu partout au Québec. L’éventail des invité.e.s est remarquable; elles et ils ne manqueront pas de nous inspirer.

L’événement se déroulera le vendredi 19 octobre au Carrefour des sciences de l’Université de Montréal. Pour réserver votre place : https://www.eventbrite.com/e/billets-opencon-satellite-montreal-2018-50889535972

Le descriptif de l’événement

SPARC, organisme dédié à la promotion du libre accès, est à l’origine d’un mouvement qui s’adresse aux professionnel.le.s de tous les milieux s’intéressant à l’Open Access, l’Open Science, l’Open Education et l’Open Data. En plus d’une réunion annuelle internationale (http://www.opencon2018.org), il soutient l’organisation d’événements satellites pour en faire la promotion à une échelle locale.

C’est dans cette perspective que l’EBSI, en collaboration avec le Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques et les Bibliothèques de l’Université de Montréal, désire vous inviter à cette première édition de OpenCon Satellite Montréal.

La journée sera divisée en quatre périodes : trois panels d’intervenant.e.s portant sur le libre accès, la libre éducation et les données libres, suivis d’un atelier de nature interactive.

Le programme*

10h00 – Mot de bienvenue

10h15-11h45 – Session 1. Ressources éducatives libres

  1. Pascale Blanc (Vitrine technologie-éducation)
  2. Nicolas Boivin (MOOC Littératie financière – UQTR)
  3. Isabelle Laplante (ÉDUQ)
  4. Robert Gérin-Lajoie (EDUlib – UdeM)
  5. Simon Villeneuve (Cégep de Chicoutimi)
  6. Hugh McGuire (Librivox)

 [Discussion : 30 minutes]

11h45-12h45 – Session 2. Données ouvertes

  1. Patrick Lozeau (Laboratoire d’innovation urbaine de la Ville de Montréal)
  2. Marina Gallet (Wikidata – Cinémathèque québécoise)
  3. Diane Sauvé (Bibliothèques de l’Université de Montréal)
  4. Mathieu Gauthier-Pilote (Fondation Lionel-Groulx)

 [Discussion : 20 minutes]

12h45-13h30 – Dîner libre

13h30-14h45 – Session 3. Libre accès

  1. Florence Piron (Éditions science et bien commun, Université Laval)
  2. Émilie Paquin (Érudit)
  3. Geoffrey R. Little (Presses de l’Université Concordia)
  4. Michael E. Sinatra et Marcello Vitali Rosati (Collection Parcours numériques, Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques, Université de Montréal)
  5. Émilie et Jean-Marie Tremblay (Les Classiques des sciences sociales)

 [Discussion : 25 minutes]

 14h45-15h00 – Pause

15h00 – 17h00 – Atelier

17h00 – Mot de la fin

 *Les interventions d’une durée de 10 minutes seront suivies par une discussion.

Salade mixte No. 3 #bibliothèques #actualités

Olivier Hamel, créateur de projets littéraires globaux en bibliothèque scolaire. Partage d’expertise professionnelle dans le cours SCI6339.

En complément du Bouillon avec des saveurs un brin plus locales, cette veille porte une attention particulière aux bibliothèques comme « infrastructures sociales » ainsi qu’aux services pour les jeunes en vue d’alimenter la réflexion dans le cadre du cours SCI6339 à l’EBSI. Notez que certains des meilleurs ingrédients proviennent des étudiant.e.s.

Bibliothèques publiques

Note : Les deux premiers liens nous amènent vers de nouveaux articles signés par Eric Klinenberg. #àlire 

  1. Worry Less About Crumbling Roads, More About Crumbling Libraries (The Atlantic)
  2. Palaces for the people: why libraries are more than just books (The Guardian)
  3. Do we really still need Banned Books Week? (Washington Post)
  4. Why you should read this article slowly (The Guardian via Sentiers No. 50)
  5.  Reclaiming Reference at the Library : For librarians, reference work today is increasingly about community service (Publishers Weekly) : « However you think of reference today, the reality is that librarians can’t just sit back and wait to deliver information any more. Our future is in proactively helping our communities ask the right questions, find the right answers, make meaning of the information they find, and put it to productive use. »
  6. L’internet des familles modestes : les usages sont-ils les mêmes du haut au bas de l’échelle sociale ? (Internet Actu) :

Oui, internet est une seconde école. Et ce constat n’est pas sans vertus pour des populations qui bien souvent ne sont pas allées à l’école ou qui n’ont pas le bac. Internet leur propose des manières d’apprendre qui leur correspondent mieux, sans hiérarchie ni sanction. On pourrait croire par exemple qu’en matière d’information ils ne recherchent pas des choses importantes, mais si. Ils cherchent à comprendre les termes qu’emploient le professeur de leurs enfants ou le médecin qu’ils consultent. Quelque chose s’est ouvert. L’enjeu n’est pas pour eux de devenir experts à la place des experts, mais de parvenir à mieux argumenter ou à poser des questions. D’être mieux armés.

Services d’information pour les jeunes

  1. Finalistes du Prix du livre jeunesse des Bibliothèques de Montréal 2018 dévoilés! (Bibliothèques de Montréal)
  2. Reed, Karen Nourse, and Eric L. Oslund. 2018. “School Librarians as Co-Teachers of Literacy: Librarian Perceptions and Knowledge in the Context of the Literacy Instruction Role.” (PDF, School Library Research (SLR) Volume 21)
  3. Johnston, Melissa P., and Lucy Santos Green. 2018. “Still Polishing the Diamond: School Library Research over the Last Decade.” (PDF, School Library Research (SLR) Volume 21)
  4. iel était une fois : des Drag Queens à la bibliothèque (Louise & les canards sauvages)
  5. Confirmation Bias & Information Literacy: Resources for Young People (Programming Librarian)
  6. Literacy kits help parents read to babies in neonatal intensive care (Edmonton Journal)

Formations et événements

Formations ASTED

Salade mixte No.2 #bibliothèques #actualités

Isabelle Jameson, bibliothécaire jeunesse spécialisée dans la médiation pour la petite enfance et l’enfance (Bibliothèque Le Prévost, Montréal). Partage d’expertise professionnelle *** dans le cours SCI6339, « Services d’information pour les jeunes » (EBSI, Université de Montréal). 21/09/2018.

En complément du Bouillon avec des saveurs un brin plus locales, cette veille porte une attention particulière aux bibliothèques comme « infrastructures sociales » ainsi qu’aux services pour les jeunes en vue d’alimenter la réflexion dans le cadre du cours SCI6339 à l’EBSI. Notez que certains des meilleurs ingrédients proviennent des étudiant.e.s.

Bibliothèques publiques

  1. ***Pour une reconnaissance des bibliothèques dans l’inclusion numérique (Biblio Numéricus)
  2. Allied Against Inequity : Public libraries establish community coalitions to further digital inclusion goals (American Libraries)
  3. How our libraries can help the homeless (CBC)
  4. A Movable Feast. Libraries use mobile kitchens to teach food literacy (American Libraries)
  5. 2018 – Top Innovators (Urban Libraries Council)
  6. ***A Manifesto for Global Librarianship (R. David Lankes) :

And here is where these three ideas come together – librarians are not neutral, nor the institutions they maintain, and access is not enough. Librarians help communities get smarter and help community members find meaning in their lives. They do so through access to tools like books, but also in training, and providing safe and inspiring spaces. When librarians do this work, they make choices – who determines smarter? Who determines meaningful? And in doing so they are not neutral but advocates in a wor[l]d characterized by change and inequity. […]

Rather than wait for a country’s libraries to embrace a new librarianship we must network innovative librarians together to enact change – a sort of coalition of the willing. Library education needs to move beyond a single college degree to an ongoing peer mentoring service that seeks to experiment, document, and then disseminate results.

It is time for librarians to leave the safety of our stacks and hit the street…

Services d’information pour les jeunes

  1.  Des candidates au secours des bibliothèques scolaires (Le Devoir)
  2. La liste préliminaire du Prix des libraires du Québec 2019 pour la catégorie Jeunesse est sortie! (Les Libraires)
  3. Des acteurs engagés pour la persévérance scolaire et la réussite éducative dans toutes les régions du Québec (IRC) 🤔Aucune mention des bibliothèques scolaires ou publiques…
  4. Sing a Song of … Early Literacy : New York Public Library staffers make music for families (American Libraries)
  5. Cute new library cards designed to hook baby bookworms for life (CBC)
  6. New Report/Data: “A Look at Computer Access and Use: How Students Use Computers for Learning at Home and School (GRADES 4, 8, and 12)” (Infodocket – Library Journal)
  7. ***Pilot cohort of YALSA’s Train the Trainer project announced (YALSA)
  8. Shaping Digital Citizens : Cyberbullying prevention is a natural fit in school libraries (American Libraries) :

Over the years teachers have asked me how I got involved with cyberbullying prevention at school. I tell them that I believe that digital citizenship falls naturally under the domain of librarians, as we place high value on using and creating information ethically. In schools, we have a curriculum that teaches students the concepts of citizenship, community, and social justice through varied disciplines. And in the school library, these ideals come together. – 

Via Twitter 

Projet à découvrir

  •  Le projet « Maman me raconte » vise la promotion et la création d’heures du conte entre les mères incarcérées et leurs enfants vivant loin d’elles, et ce par l’enregistrement de leur voix. L’enfant reçoit un livre neuf et un enregistrement de la voix de sa mère lui racontant l’histoire.

Formation

 

Les bibliothèques dans les Villes interculturelles

La bibliothèque interculturelle, rue Côtes-des-Neiges, Montréal

Par le biais de cette programmation de la Table des bibliothécaires portant sur « L’interculturel dans les services en bibliothèques », les Bibliothèques de Montréal souligne leur leadership dans le domaine ainsi qu’un positionnement stratégique avisé. Je partage le support de la présentation que j’ai produite pour cette occasion :

Je joins aussi le programme dans le but de documenter cette activité de formation qui s’est déroulée, comme il se doit, à la bibliothèque interculturelle dans l’arrondissement Côtes-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (Montréal). 

Enfin, je voudrais attirer votre attention sur cette citation, qui réfère au développement de compétences (inter)culturelles, et qui donne le ton de mon intervention  : « Les professionnel.e.s en bibliothèque doivent s’engager dans une réflexion critique puis s’impliquer dans une démarche pour mieux connaître leur communauté, en menant leurs propres recherches et enquêtes et en établissant des relations avec les membres de la communauté et en leur parlant. » (Cooke, Nicole, A., 2017, 12) (ma traduction)

Idées, propositions et question pour un gouvernement qui prend ses responsabilités en matière de bibliothèques publiques

Les bibliothèques publiques sont orphelines au Québec. Alors qu’elles sont mobilisées ailleurs dans le monde pour soutenir la société dans les grands chantiers que sont la littératie numérique, l’intégration des nouveaux arrivants et le rapprochement interculturel ainsi que la réussite éducative, alors qu’elles sont devenues les nouveaux forums citoyen, les gouvernements au Québec ne reconnaissent pas leur apport, ils ont démissionné de leurs responsabilité à leurs égards et nuisent à leur développement.

Au Québec, il n’y a pas de loi sur les bibliothèques, il n’y a pas de tête qui réfléchit au sujet des grandes orientations à prendre, ni à la façon de les mettre en action lorsqu’elles sont identifiées; il n’y a pas de think thank – comme on en retrouve aux États-Unis, dans les pays scandinaves…et en Ontario 😉 qui s’occupent de ces données. On accumule beaucoup de données via StatBib, mais personne n’est mandatée pour veiller à leur qualité; chaque municipalité produit ses rapports individuels; il n’existe pas de responsable pour les analyser et mesurer la performance à l’échelle nationale dans le but de les améliorer.

Le gouvernement du Québec a démissionné de ses responsabilités en matière de bibliothèques publiques, les abandonnant à l’arbitraire des décisions municipales; ce qui entraîne une grande inéquité en termes de services d’une ville à l’autre. On a confié une partie de ce rôle directeur des bibliothèques publiques à BAnQ lors de sa création, sans lui donner les moyens d’avoir un impact significatif et véritablement structurant pour les bibliothèques publiques – au contraire, on réduit sa capacité année après année. Le gouvernement finance les collections, porté par une préoccupation qui est davantage celle de soutenir l’industrie du livre, à une époque où les bibliothèques du 21e siècle ne sont plus seulement à propos des livres. Ce sont des actrices de changement dans la transition numérique, des infrastructures sociales, comme on pouvait le lire dans le NYT récemment, et ces nouveaux rôles, qui relèvent tout autant du domaine de la culture que de l’éducation, sont occultées.

Mes questions : Est-ce qu’un gouvernement formé par l’un de vos parties va prendre la responsabilité de structurer et de soutenir le développement des bibliothèques publiques au Québec de manière conséquente en créant, sinon une loi, au moins un service ou une direction nationale qui aura le mandat d’étudier et d’évaluer les performances comme l’impact des bibliothèques publiques québécoises tout en leur fournissant des orientations stratégiques ainsi que des ressources pour servir les citoyen.ne.s du 21e siècle et éliminer les inéquités actuelles ?

Et les bibliothèques scolaires en auraient tout en autant besoin, qu’en pensez-vous ?