Marie Grégoire a accordé une entrevue à la journaliste Catherine Lalonde « cent jours après son entrée en fonction mouvementée et critiquée au poste de p.-d.g. de BAnQ ». L’historien Yves Gingras a commenté les propos tenus au cours de cet entretien dans une lettre d’opinion soumise au journal Le Devoir qui n’a pas donné suite. Je partage le contenu de cette lettre.

La lettre d’opinion de Yves Gingras

En lisant l’entrevue de la journaliste Catherine Lalonde (Le Devoir, jeudi 9 décembre 2021) avec la P.D.G de la BAnQ, Marie Grégoire, je me suis demandé si je n’étais pas en train de lire, par erreur, un extrait du prochain Bye Bye 2021. Qui peut en effet ne pas pouffer de rire (ou peut-être même pleurer!) en lisant que « la transformation numérique, maintenant on va essayer de le phraser à travers “l’expérience BAnQ” »; que « les employés vont avoir un indice du bonheur élevé à faire ce qu’ils ont à faire »; qu’elle veut « trouver [son] azimut dans cette société numérique »; que les employés vont apprendre « à écrire différemment » et qu’ils vont être « formés pour faire de la médiation sur le Web ».

Tout cela ne nous apprend bien sûr rien sur ce qui se passe vraiment à la BAnQ mais beaucoup sur le vide incarné dans des phrases sans contenu, même quand il s’agit de parler argent, car là, la P.D.G. insiste : « dans la façon de chiffrer les choses, il faut être en mesure d’avoir fait un certain travail, pour savoir combien on va demander en plus et combien de gain d’efficacité aussi on va voir. » En effet, il faut faire un certain travail même quand on parle pour ne rien dire. On comprend que devant l’immensité de la tâche de diriger la BAnQ, la fuite en avant soit de se concentrer fort pour donner « une petite touche au sac donné lors de l’abonnement en bibliothèque d’un tout-petit » en s’assurant « d’ajouter un aspect qui soit BAnQ à cette initiative ».

Je doute que « l’indice de bonheur » des employés et des usagers de la BAnQ soit élevé à lire de telles sottises…

L’entretien a suscité d’autres réactions. La lettre de Carol Couture et celle de Denys Chouinard ont été publiées dans Le Devoir.

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.