Comme dans la littérature américaine, les auteurs et autrices scandinaves aménagent leurs romans avec de nombreuses bibliothèques. Dans un des derniers romans de Camilla Grebe, L’archipel des larmes (Calmann-Lévy, 2020), prix du meilleur polar suédois en 2019, on compte pas moins de dix occurrences de « bibliothèque » qui réfèrent, entre autres, à l’institution publique :

Ses parents lui ont raconté son histoire tant de fois qu’elle la connaît par coeur et, à la bibliothèque, elle a lu de vieux articles de journaux sur l’Assassin des bas-fonds.

Quelques bibliothèques personnelles viennent aussi meubler les décors et servir de prétexte à la mise en scène de la généalogie familiale (fictive en passant) de ce polar plus féministe que domestique :

Elle pose les documents, s’avance vers la bibliothèque et s’empare des mémoires de Halvorsen qui racontent son installation au Groenland au début du siècle, et le recueil d’essais sur les Inuits que son père lui a offert quand elle est entrée à l’université ⎼ livre qui appartenait jadis à son grand-père, le mythique aventurier Carl Ivar Lagerlind-Schön.

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.