Semaine de la liberté d’expression 2020 / Freedom to Read Week 2020

Je partage le support de présentation que j’ai réalisé pour la Table des bibliothécaires des Bibliothèques de Montréal qui s’est déroulée le 19 février dernier à la Grande bibliothèque. Nous célébrons, depuis dimanche, la Semaine de la liberté d’expression 2020 dans le contexte trouble de la décision interne de retirer (puis, après coup, de retirer « provisoirement ») l’oeuvre de Matzneff à la Grande bibliothèque ⎼ une action que cette conférence était aussi l’occasion d’interroger.

Il faut également savoir que les bibliothèques de Montréal ont fait l’objet, dans plusieurs arrondissements, de pressions de la part des élu.e.s qui ont demandé le retrait de l’oeuvre en question. Ces épisodes, ces demandes de retrait, sont une des formes que prennent les interventions des gouvernements locaux dans les affaires des bibliothèques; une tendance qui semble prendre de l’ampleur selon les propos des participant.e.s. Quand les élu.e.s se mêlent du choix des livres ou de la programmation des événements en bibliothèque, le geste est aussi grave, en termes de dérive éthique et démocratique, que si un.e élu.e entrait dans une salle de nouvelles pour dire aux journalistes ce qu’ils ou elles devraient écrire ou ne pas écrire dans leurs articles.

 

Le travail pour développer une culture qui supporte la liberté intellectuelle est important à mener en quantité et en qualité. Des conversations devront avoir lieu avec les élu.e.s (!) voire avec le gouvernement du Québec pour protéger ces institutions; avec les associations, comme la CBPQ qui n’a pas su réagir jusqu’à ce jour, mais aussi du côté des professionnel.le.s et des personnels des bibliothèques du Québec pour se doter d’outils et d’une compréhension commune. La qualité remarquable des échanges et la justesse des recommandations émanant de la Table des bibliothécaires des Bibliothèques de Montréal donnent à penser que plusieurs sont prêtes et prêts à s’organiser pour que ces réflexions et ces travaux soient enfin entamés en assumant la complexité inévitable de ces questions et en préservant les équilibres entre la défense de la liberté intellectuelle et celle des droits humains.

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.