Il est possible de télécharger le livre blanc publié à la suite de l’événement « Pour en finir avec les fausses nouvelles » qui s’est tenu en novembre 2018 à la Grande bibliothèque. Ce document offre une synthèse des débats, des discussions collectives et des consensus qui ont émergé à cette occasion. Les recommandations proposées se veulent autant de « pistes d’action à l’intention des pouvoirs publics. » selon Normand Landry, professeur (Université TÉLUQ) et titulaire, Chaire de recherche du Canada en éducation aux médias et droits humains.

Après avoir participé à cet événement, je voudrais maintenant attirer votre attention sur la RECOMMANDATION 4 :

Que ces politiques reconnaissent les médias communautaires et les bibliothèques publiques et scolaires comme des partenaires de choix en éducation aux médias et dans la lutte aux fausses nouvelles

Le rôle des bibliothèques publiques et scolaires en éducation aux médias est reconnu dans la littérature scientifique et au sein des institutions internationales. Les bibliothèques constituent des lieux ouverts sur leurs communautés où se développent des capacités à la lecture, à la recherche, au traitement et à l’analyse critique de l’information consultée sur différents supports médiatiques (livres, ordinateurs, tablettes, etc.). Ces compétences informationnelles jouent un rôle essentiel dans la vie quotidienne, notamment en santé publique et dans la participation à la vie politique. Pourtant, le rôle des bibliothèques et l’expertise des bibliothécaires demeurent sous-valorisés et sousutilisés au Canada et à l’étranger.

Les médias communautaires constituent des plateformes privilégiées d’éducation aux médias. Ceux-ci sont opérés par les membres de la communauté, et ils constituent des moteurs d’éducation populaire par la transmission et l’apprentissage des processus de production et de diffusion médiatique. Ils intègrent et reflètent également des préoccupations locales et contribuent à la diversification des paysages médiatiques. Le rôle qu’occupent les médias communautaires en éducation aux médias est toutefois peu reconnu par les pouvoirs publics.

Une meilleure reconnaissance du rôle joué par les bibliothèques et les médias communautaires en éducation aux médias contribuera à élargir et à valoriser leurs mandats. Cette reconnaissance doit être accompagnée d’un soutien concret, financier, humain et matériel, à leurs activités en éducation aux médias.

On peut accéder au livre blanc en suivant ce lien : https://media-education2018.teluq.ca/docs/livre_blanc.pdf.

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.