Apprivoisant depuis quelques temps le livre audio, je voulais en faire l’expérience en courant. J’ai choisi un livre que j’avais déjà lu, Kuessipan, une oeuvre de Naomi Fontaine, une auto-fiction tout en mouvement et en observations fines qui composent une série de fragments biographiques lumineux et tragiques à la fois. La narratrice est en marche; elle parcourt le territoire, elle nomme et reconnaît ses habitant(e)s. C’est un travail de cartographie sensible, dense, captivant. Je voulais entendre les noms des choses et des gens qu’elle désigne par le truchement d’une voix.

Concluante mon expérience de lecture en écoutant et en courant ? Plutôt, à ré-essayer dans d’autres conditions. En préparation pour le Marathon de Montréal ⏤ plus précisément le demi-marathon en ce qui me concerne ⏤ il s’agissait ce matin de l’ultime course avant cet événement. Dimanche dernier, nous avions couru un 20 km ⏤ idyllique ! ⏤  et, aujourd’hui, le temps du repos avant la course était venu. Mais, on parle d’un « repos  » de 10k à peu près en 58 minutes, selon nos calculeuses : ce qui est juste trop rapide pour écouter un livre.  Les leçons pour moi au sujet de cette pratique de lecture : On n’écoute pas n’importe quelle oeuvre en courant; et le tempo de la course prévu est un enjeu à considérer.

Puis, même si j’avais déjà lu et goûté Kuessipan, l’oeuvre absorbait toute mon attention. À lire, les yeux fermés ⏤ ce qui est décidément peu approprié pour la course … surtout à Montréal. Je vais reprendre cette lecture audio dans un contexte de quiétude qui favorise l’écoute attentive/consciente que celle-ci appelle.

Les résultats de ma petite expérience ne sont pas si étonnants en définitive et correspondent à ce que la recherche récente sur les pratiques comparées de lecture et de lecture audio suggère ⏤  c’est-à-dire que les deux ne seraient pas si différents. Si un livre exige une lecture profonde, son écoute devrait être tout aussi émotionnellement et cognitivement exigeante. C’est, en tout cas, ce qui ressort de cette étude publiée dans le Journal of Neuroscience : Les données recueillies et les analyses des activités cérébrales menées par les chercheur(e)s indiquent que, peu importe les supports, les récits stimuleraient les mêmes zones cognitives et émotionnelles.

Phénomène important dans les bibliothèques en Amérique du nord, il est désormais possible de trouver des livres audio par l’entremise d’une bibliothèque publique près de chez soi via Pretnumerique.ca.

Si vous êtes abonné(e)s dans les Bibliothèques de Montréal par contre,  ce n’est pas encore arrivé près de chez vous : On se demande bien pour quelles raisons la ligne de départ est si loin ⏤  un autre enjeu de tempo. Mais la Grande bibliothèque/BAnQ a pris le pas depuis un certain temps déjà et propose une large sélection et même un guide de démarrage. 

À découvrir : le riche catalogue multilingue de livres audio dans le domaine public de Librivox. On réessaie avec Alice aux pays des merveilles pour recueillir d’autres évidences?

Ce livre audio, Kuessipan, est en accès ouvert sur le site de Radio-Canada Première qui permet d’en faire gratuitement une lecture en continue. La sélection de livres audio de Radio-Canada Première est d’ailleurs bien alléchante. 

Bonne lecture audio!

Source : Fatma DenizAnwar O. Nunez-ElizaldeAlexander G. HuthJack L. Gallant. (

 

 

 

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.