Martel, Marie D., Gauthier, Philippe, et Pascale Félizat-Chartier. « Les Démarches de conception collaborative en bibliothèque »Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2019, n° 17, p. 126-135. Disponible en ligne : http://bbf.enssib.fr/matieres-a-penser/les-demarches-de-conception-collaborative-en-bibliotheque_68974 ISSN 1292-8399.

Je partage un texte paru au début de l’été sur le thème du design collaboratif en bibliothèque. Cet article est paru dans le Bulletin des bibliothèques de France (BBF) dans le cadre d’un numéro sur le thème « Habiter la bibliothèque ». Ce numéro du BBF est la dernière publication imprimée  sur papier du BBF. Extrait.

Le recours à des démarches de conception collaborative n’est pas propre aux bibliothèques 1. Ce type de processus impliquant des ateliers de réflexion ou de création collective, intégrant une variété de parties prenantes, se multiplie dans les services publics. Ces exercices d’innovation publique conduisent les organisations à interroger les relations qu’elles entretiennent, à l’interne comme à l’externe, en vue d’en améliorer la qualité. Le recours à de telles démarches peut également viser à légitimer leur action face à la critique, sinon à la transformer. L’essor de la participation sociale dans la chose publique, qu’elle soit abordée dans la perspective de la politique ou du design des politiques publiques, devient une autre réponse au déficit démocratique perçu, vécu et accentué par la culture numérique.

Les pratiques collaboratives au sein des bibliothèques publiques, en Amérique du Nord comme en Europe, ont pris une amplitude toute particulière en raison du renouvellement du modèle du « palais des livres » à l’orée du XXIe siècle, par celui du « palais des gens ». Ce modèle, identifié aux tiers lieux (third spaces), propose que la bibliothèque soit un espace ouvert aux conversations et à la création de savoir communautaire, bénéfique à l’élargissement de la sphère publique et à la santé du tissu démocratique 2. D’autres travaux en sociologie suggèrent aussi que la bibliothèque ne se contente pas de tisser du lien social (bonding), mais que le capital social qu’elle contribue à produire implique encore une capacité à créer des ponts (bridging) entre des populations peu disposées a priori à se relier et à vivre ensemble 3. Récemment, des études issues de l’ethnologie se sont penchées sur l’importance des infrastructures sociales qui, à côté des infrastructures civiques et technocratiques, garantissent les conditions matérielles, spatiales, urbanistiques nécessaires pour cultiver la vie sociale. Pour Éric Klinenberg, les bibliothèques représentent les « meilleurs exemples de ces infrastructures sociales » considérant l’effet des espaces et des dynamiques qu’elles instaurent sur les plans territorial et communautaire 4.

En Amérique du Nord, les attentes engageant les bibliothèques s’expriment en termes de justice sociale en se focalisant sur la participation et la réduction des obstacles à l’accessibilité 5. Les laboratoires de créativité ou de fabrication qui essaiment aujourd’hui convient les citoyen.ne.s tant à la création qu’à la co-création d’espaces, en incluant les populations exclues ou vulnérables. Divers référentiels, des boîtes à outils et des méthodes ont été élaborées au carrefour de la bibliothéconomie, du développement communautaire et des disciplines du design en vue d’accompagner le personnel des bibliothèques dans la conduite de ces initiatives de participation inclusive 6.

C’est dans ce contexte que les projets de bibliothèques, qu’ils relèvent de la programmation de services, de politiques ou d’espaces, sont devenus des terrains de prédilection au moment d’implanter et de mettre à l’épreuve une série de démarches de conception collaborative à Montréal.

Entre 2013 et 2018, les bibliothèques de Montréal ont déployé plus d’une dizaine de démarches de conception collaborative qui a favorisé la consolidation de ces pratiques en tant que méthode de conduite de projet, savoir pratique et dispositif de médiation sociale 7. Cette étude examine ces initiatives en vue de décrire leur apport en même temps que leurs limites. Le bilan dessiné permet de mieux cerner les conditions favorables au design des infrastructures sociales du point de vue organisationnel, c’est-à-dire du point de vue des décisions stratégiques qui façonnent la conception collaborative, et conséquemment, les nouvelles bibliothèques.

Notre réflexion sur le volet stratégique de la conception collaborative est le résultat de nombreuses discussions informelles avec le personnel des bibliothèques de Montréal, des participants et des chercheurs qui ont accompagné les démarches. Pour la mettre en œuvre, nous avons analysé de façon détaillée les rapports d’ateliers et de démarches de codesign (design collaboratif) publiés à la suite de ces activités qui nous ont servi d’archives et de repères documentaires. Ces données ont été complétées par des notes, des observations et des entretiens conduits dans le contexte d’autres initiatives, notamment dans le cas d’une résidence en région à la bibliothèque de Montmagny et dans les bibliothèques de l’Université de Montréal. Ces comparaisons ont permis de mieux circonscrire le cas des bibliothèques publiques de Montréal et la possibilité de transposition des résultats.

GENÈSE DU RECOURS AU DESIGN COLLABORATIF DANS LE RÉSEAU DES BIBLIOTHÈQUES DE MONTRÉAL

Au moment de programmer la première cohorte de nouvelles bibliothèques à Montréal, dont les avant-projets avaient été réalisés avant 2013, les pratiques de consultation n’étaient pas encore systématiques, ni harmonisées auprès des équipes-projets. La plupart des collectes de données reposaient sur des méthodes quantitatives par le biais d’enquêtes, dans le meilleur des cas. Les approches qualitatives, à la façon de celles qui accompagnent une démarche de conception collaborative et recourant à des enquêtes ethnologiques de terrain, n’étaient pas alors mises à contribution.

En comparaison, les projets de construction de bibliothèques dans les autres grandes villes canadiennes faisaient appel à une panoplie de dispositifs de consultation, convoquant des méthodes mixtes, tant quantitatives que qualitatives avec des formules participatives : enquête, forum, atelier de codesign, interactions via les médias sociaux et approche Working Together8. C’est sur la base de ce travail qu’ont été édifiées plusieurs nouvelles bibliothèques publiques en Colombie-Britannique, en Ontario, en Alberta et en Nouvelle-Écosse incluant la bibliothèque centrale d’Halifax (140 000 m²), un projet dont la planification entre 2008 et 2012 a reposé sur plusieurs événements participatifs avec différents groupes de la communauté 9.

À l’exemple des bibliothèques canadiennes, la direction des bibliothèques de Montréal a pris la décision de normaliser et de renforcer la consultation en incitant les équipes-projets à utiliser des méthodes variées, tant quantitatives que qualitatives. D’abord, une étude commandée en 2012 par le RAC (le service Rénovation, Agrandissement et Construction des bibliothèques de Montréal) sur l’approche living lab explorait la nature de cette méthodologie du design collaboratif ainsi que diverses expériences menées dans les services publics. Cette étude a ensuite servi de levier pour la tenue d’une première démarche de conception collaborative supportée par une expertise locale en design social pour le projet de la bibliothèque de Pierrefonds amorcée en 2013 10. Cette initiative sera suivie par plus de dix démarches pour autant de projets de nouvelles bibliothèques, avec un partenaire universitaire ou par l’entremise d’autres fournisseurs en innovation sociale, mais toutes à l’enseigne d’une conception centrée sur l’expérience-usager et le design collaboratif 11. Le mandat général du commanditaire était d’impliquer les citoyen.ne.s dans la planification et la conception des avant-projets en co-créant une vision commune, d’améliorer la qualité du livrable, notamment en termes d’innovation, et d’assurer le volet de l’acceptabilité sociale inscrit dans le cadre de gestion de projet.

Ces initiatives ont permis jusqu’à ce jour de rencontrer et de collaborer avec plus de cinq cents citoyen.ne.s participant.e.s ; elles ont aussi été progressivement l’occasion de développer un modèle méthodologique qui s’est raffiné dans le temps, en termes de processus et de programmation d’ateliers s’écoulant sur trois à six mois.

La démarche de conception collaborative combinait deux types de travaux. D’une part, un effort de divergence visait à récolter un maximum d’informations et à s’imprégner du contexte. D’autre part, une partie de l’effort était investie dans un travail de convergence visant à donner du sens aux données recueillies, en les transformant et en les mettant à l’épreuve de la conception. Cette approche permettait de formuler un ensemble de recommandations destinées à composer le livrable et alimenter le programme fonctionnel et technique 12.

Les thématiques abordées dans les ateliers étaient variées et touchaient une diversité d’enjeux sociaux pour lesquelles la bibliothèque était perçue comme un médiateur possible : la mixité sociale, la conciliation travail-famille, la santé par l’activité physique, la quiétude et le besoin de se reconnecter avec la nature, l’isolement (des jeunes, des plus âgés, des personnes vulnérables…), les rencontres entre générations, le rapprochement interculturel, l’exclusion sociale, la participation culturelle, l’aide aux personnes en recherche d’emploi, l’accès à des outils technologiques, l’autosuffisance alimentaire, l’engagement environnemental, etc. Ces thématiques convergeaient vers une interrogation plus large : comment peut-on aider les citoyen.ne.s à s’entraider, entreprendre, créer, s’approprier les connaissances dont ils ont besoin dans le but de transformer le monde qui les entoure ? Le projet de production de l’espace de la bibliothèque placé en débat critique offrait des occasions de concevoir des pistes d’action et des savoirs communs visant à apporter des réponses à cette question.

Les équipes-projets et les professionnels des bibliothèques impliqués ont développé des connaissances riches sur les préoccupations et les aspirations des citoyen.ne.s. En plus de se former aux méthodes collaboratives et à la conduite de projet institutionnel, le personnel du RAC a avancé en compréhension à propos des nouveaux espaces et des services à mettre en œuvre, de la complexité des équipements mixtes 13, mais aussi en ce qui concerne les problématiques communautaires et les enjeux d’exclusion.

PROBLÉMATIQUE

L’avènement de ces initiatives de design en bibliothèque a suscité un mouvement de recherche-action chez les professionnels qui ont pu acquérir un savoir pratique en matière de conception et de gestion. Les démarches de conception collaborative ont suscité des réflexions portant sur ces expériences et sur l’amélioration des processus en cours engendrant, par itération, autant un projet d’apprentissage sur l’aménagement et le design de services que des concepts producteurs pour l’aménagement et les services. Cette posture de praticien réflexif 14 prend une importance croissante dans la formation et le travail des professionnels de bibliothèque dans toutes leurs sphères d’interventions et devient un contenu du curriculum universitaire. La dyade essentielle : réfléchir / concevoir – agir devient un référentiel épistémologique pour les designers et les éducateurs, les reliant au monde des professionnels de bibliothèque et pouvant servir de point de contact interdisciplinaire. La posture du praticien réflexif implique en outre une dimension critique étroitement associée au contexte de travail en collaboration avec des populations diversifiées ou socialement exclues 15.

Dans cette perspective de recherche-action, nous voudrions attirer l’attention sur certains aspects stratégiques et opérationnels liés à la mise en œuvre des démarches de conception collaborative qui façonnent leur conduite et la nature de celles-ci, et qui nous sont apparus saillants.

Comme certaines études l’ont souligné, les choix stratégiques et les décisions de gestion au quotidien invoquées dans le cadre des démarches de conception collaborative représentent des enjeux significatifs, mais souvent négligés lors de leur mise en œuvre 16. Selon certains auteurs, en effet, les activités stratégiques font partie intégrante du processus de conception collaborative et des résultats qui en découlent : « Dans ce type de perspective, toutes les activités qui entrent dans la conception collaborative sont examinées comme étant constitutives des processus, des résultats et de tout ce qui en découle ultérieurement ; elles sont considérées comme des problématiques internes d’engagement des utilisateurs et non seulement comme une question de contexte externe ou de routine qui serait facultative 17. » Au cours des démarches, ces activités stratégiques ont généré des réflexions et des ajustements sur la base des expériences accumulées. Ces savoirs en action ont permis de tirer un certain nombre de leçons qui appuient la thèse selon laquelle les considérations stratégiques, qui vont de la planification à la logistique en passant par la communication, jouent un rôle constitutif dans une démarche de design collaboratif.

La suite de l’article est accessible sur le site du BBF.

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.