«Elles disent que cette série de symboles leur a donné un fil conducteur pour lire un ensemble de légendes qu’elles ont trouvé dans la bibliothèque et qu’elles ont appelées le cycle du graal.» (p. 61)

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Les Éditions de Minuit, 1969, 208 p.

* Dans l’esprit de ces procédés oulipiens, la série La bibliothèque de …  se fait la complice de L’oreille tendue de

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.