Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elle est redevenue publique, le 23 mai dernier. Je retrouve la bibliothèque bien concrète, après le programme, l’énoncé de vision, le concept issu du concours d’architecture, puis le projet tiraillé entre ses parties prenantes, avec ses hauts, ses bas et ses débats, ses compromis, puis mes adieux en 2017.

Ce projet s’est inscrit d’emblée dans la nouvelle tradition qui est celle des bibliothèques troisième lieu avec l’intention de produire un espace social ressenti comme une place (sense of place) qui soit bonne (a good place), sympathique, conviviale, propice au brassage d’idées, à la mixité, procurant le sentiment d’être libre, suggérant des relations chaleureuses entre les gens, avec la conscience de partager quelque chose, ce lieu déjà, où l’on se reconnaît et que l’on a en commun. Et puis, l’intention plus affirmée de se manifester comme sphère publique, sept jours sur sept, à temps plein dans l’imaginaire local. 

Je retrouve le projet dans ses teintes de neutre, très blanc, la marque de Chevalier-Morales, qui compose un environnement paradoxal soucieux de s’effacer pour mettre en valeur et en scène ses usagères et ses usagers, leur vie, leurs humeurs, leurs couleurs, leur mouvement. Lors de notre passage, ils et elles étaient jeunes pour la plupart. Le lieu est appelé à se renouveler chaque jour, travaillé par les allées et venues de ceux et celles qui passent en y installant leurs habitudes. Ils et elles signeront le lieu, ce sera (chez-)eux/elles. Il s’agit ici d’un parti pris généreux et discret, à l’écoute des gens qui s’exprime aussi par la transparence des grandes surfaces vitrées, une fenestration déployée en grandes vagues qui soulèvent le bâtiment et reflètent le paysage naturel d’un côté et civique de l’autre. Une approche en ouverture sur le monde, la transparence pour l’invitation, la réverbération, le miroir du parc et de la communauté. Ne cherchez pas tout de suite le fameux wow!, il est investi dans l’apprivoisement patient, dans l’appropriation, moins de tape-à-l’oeil qu’un effet voué à s’amplifier dans la durée. Projet évolutif à la façon d’un écosystème.

Un des objectifs était aussi de donner la préséance aux lecteurs, aux séjourneuses aux spectateurs par rapport aux collections; d’explorer une diversité de ciblage spatial (zoning) avec des stations qui jalonnent un parcours qui étonne; l’ensemble oscillant entre le social et le privé, le bruit et le silence.  La stratégie d’aménagement proposée a consisté à densifier les collections pour intégrer les réquisits des pôles d’activité qui supportent, autrement que par le biais du livre ou en complément de celui-ci, les apprentissages et la production des savoirs. Le programme est principalement structuré en fonction de ces nouveaux besoins avec un plan ouvert, découpé en une variété de configurations qui réussissent à maintenir l’équilibre entre des usages plus ou moins collectifs et individuels  : Quelques salles sont destinées à l’étude ou à la quiétude, c’est selon, à travers une ambiance générale qui accueille les conversations comme la nouvelle norme, le murmure rassurant des autres au sein duquel on peut se fondre. Dernier refuge du laisser-vivre et de la gratuité.

J’ai bien l’intention d’y retourner encore quelques fois pour apprécier l’insertion dans la trame urbaine, la salle communautaire et le fab lab n’étaient pas accessibles au moment de notre visite. L’aménagement paysager n’est pas non plus complété et certaines parties du recouvrement manquent encore – comme on peut le voir sur les photos. Un belle étude de cas à faire, un texte suivra certainement. 

 

Publié par :Bibliomancienne

Bibliothécaire, auteure d'un carnet, professeure à l'EBSI.

Un commentaire sur &Idquo;La nouvelle bibliothèque de Pierrefonds : Troisième lieu, dernier refuge du laisser-vivre et de la gratuité&rdquo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.