Bibliothèque communautaire, Community-Led Library selon John Pateman

Café citoyen sur le développement responsable de l’intelligence artificielle            (Bibliothèque Ste-Julie, mars 2018)

Nous conclurons un cours demain, inspirés par la bibliothéconomie critique, qui a porté sur l’exploration et l’appropriation de l’approche « Community-Led-Library » et des méthodes développées dans le cadre du Working Together Project.

À quoi ressemble une « Community-Led Library » ?, demande John Pateman, dans un article sur Open Shelf qu’il consacre à la question. Déjà il faut traduire, et le terrain est glissant : dirigée par, orientée sur, orientée par, centrée sur, basée sur … Toutes ces appellations comportent des nuances de signification qui reflètent autant de parti pris en termes de pouvoir et de contrôle. La traduction littérale est pourtant bien celle qui réfère à une bibliothèque « dirigée par la communauté » et que nous retiendrons; celle-ci se rapproche des concepts de « copropriété » ou de « gouvernance partagée » proposés par David R. Lankes (2016) et Lionel Dujol (et als, 2017) en lien avec les communs du savoir, et dont nous avons également discuté dans ce cours.

John Pateman met l’emphase, dans ce texte, sur le passage d’un modèle de la bibliothèque fondé sur les collections à un autre qui est basé sur les connexions et les relations. Les relations internes et externes établissent la bibliothèque à la façon d’un système social reposant sur la qualité de celles-ci au sein du personnel, et qui servent de base à la qualité des relations entre la bibliothèque publique et la communauté.

La philosophie et les valeurs « dirigées par la communauté », dit-il, devraient traverser tous les aspects d’une bibliothèque publique dirigée par la communauté, y compris la participation/consultation de la communauté; l’évaluation des besoins, la recherche, les normes et le suivi des services.

En guise de synthèse pour le cours, j’ai traduit et résumé librement les composantes (1 à 9) de l’approche dirigée par la communauté  (ADC) identifiées par Pateman :

1. La consultation. La consultation peut prendre de nombreuses formes, mais elle se limite souvent à l’acte passif de donner des informations ou de recueillir les réactions des communautés locales à des propositions qui ont déjà été élaborées par des experts de la bibliothèque. La participation est l’élément constitutif qui s’inscrit dans un continuum du plus passif (informer, réagir) au plus actif où la bibliothèque publique dirigée par la communauté pratique la planification en collaboration avec les résidents locaux. Le plus haut niveau d’engagement est un modèle de leadership où la communauté prend des initiatives et aborde des enjeux qui la concernent avec le soutien de la bibliothèque qui contribue à faciliter ses projets.

2. L’évaluation des besoins et la recherche. L’établissement des relations, l’évaluation des besoins et la recherche reposent sur ces dispositifs de participation que sont la consultation et l’engagement. Cartographie des atouts et profils communautaires sont des outils qui peuvent permettre d’établir des bases de référence sur les ressources actuellement disponibles et sur ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins de la communauté. Ces besoins peuvent aller d’exigences physiologiques très élémentaires (nourriture, vêtements, abri) à l’actualisation de soi (réaliser le plein potentiel d’une personne). La communauté est posée comme l’experte de ces besoins et l’évaluation de ceux-ci doit être co-produite par la communauté et la bibliothèque, en partenariats, en considérant que les membres qui ont les plus grands besoins doivent, dans une perspective d’équité, avoir la priorité.

3. L’image et l’identité de la bibliothèque. Ces aspects jouent un rôle déterminant auprès des usagers et des non-usagers de la bibliothèque et conditionnent les obstacles systémiques qui affectent les usages. Ces obstacles prennent différentes formes : les barrières institutionnelles (heures d’ouverture, règles et règlements); barrières personnelles et sociales (manque de compétences de base, faible revenu et pauvreté); barrières environnementales (accès, isolement, mauvaises liaisons de transport); barrières en termes de perception. À cela s’ajoute la sensibilisation auprès des personnes qui ne pensent pas que les bibliothèques sont pertinentes pour leur vie ou leurs besoins.

4. Le hors les murs, le développement communautaire et les partenariats. Le mot «bibliothèque» est souvent synonyme d’un bâtiment plein de livres, mais les bibliothèques dirigées par la communauté se concentrent davantage sur les personnes et les relations. Les bibliothèques dirigées par la communauté s’appuient sur un développement communautaire qui est basé sur des ressources, des valeurs et des résultats partagés. Elles se transforment en tiers lieux, forums, espaces publics démocratiques, copropriétés, en partageant la gouvernance avec les communautés.

5. Le numérique et les technologies. Les technologies numériques contribuent à l’inclusion sociale. Ce sont des outils qui peuvent faire une différence significative auprès des communautés socialement exclues, notamment celles qui ont les plus grands besoins. L’emphase doit être placée sur le développement des capabilités et des compétences numériques autant que sur l’accès, l’appropriation critique et sécuritaire, l’application dans une diversité de domaines (gouvernement en ligne, engagement civique, éducation, santé, consommation, travail, et.)

6. Le matériel à fournir. Cet enjeu est une des dimensions les plus politiques de la fonction bibliothèque puisqu’elle est liée au contrôle sur ce que l’on rend ou non disponible aux usagers. Les «lectures» et les «besoins» sont un débat permanent entre ceux qui considèrent les bibliothèques comme des gardiens de la connaissance et de la littérature qui ont une « valeur », et ceux qui les considèrent comme des passerelles vers la culture populaire. Le parti pris, dans ce cas, ne consiste pas à offrir ce que l’on considère que l’usager “devrait” lire, ou utiliser selon les médias, mais bien ce dont il juge avoir besoin dans une perspective qui est, à ses yeux, transformationnelle. Les bibliothèques dirigées par la communauté accordent plus d’importance à l’équité qu’à l’excellence, et elles reconnaissent que les bibliothèques existent pour répondre aux besoins de la communauté plutôt que de respecter les normes professionnelles.

7. La dotation, le recrutement, la formation et l’éducation.  Les bibliothèques dirigées par la communauté accordent la priorité aux personnes. L’empathie, les compétences sociales et un bagage en développement communautaire sont privilégiés par rapport au savoir-faire technique. La formation et le perfectionnement du personnel devraient être axés sur le développement d’un portefeuille de compétences en développement communautaire: compétences relationnelles, en communication; capacité d’écoute; pratique réflexive; amélioration de la confiance et de l’affirmation de soi; techniques de négociation; gestion de conflit. Les compétences d’un.e travailleu.se.r dans une bibliothèque dirigée par la communauté devraient inclure un mélange d’attributs personnels, d’une perspective éthique (justice sociale); de compétences génériques (notamment en lien avec l’engagement communautaire), de compétences fondamentales issues des sciences des bibliothèques et de l’information (lecture, apprentissage et maîtrise de l’information); et des compétences spécifiques en leadership et en gestion.

8. Les priorités stratégiques et les ressources. La communauté doit être intégrée en tant que priorité stratégique afin qu’elle gère tous les aspects du service de bibliothèque, y compris les structures (personnel et services), les systèmes (politiques, procédures et processus) et la culture («la façon dont nous faisons les choses ici»). Cette approche permettra à son tour d’informer l’allocation et la réorientation des ressources. Les services communautaires doivent être financés à l’interne, à long terme et de manière durable. Ils ne devraient pas être basés sur des projets ou dépendre de subventions et de ressources externes.

9. Les normes et les suivis des services. La bibliothèque publique dirigée par la communauté est capable d’identifier, de prioriser et de répondre aux besoins de la communauté. Comment évaluer l’impact de l’ACD, comment déterminer que l’on a pu identifier et répondre à des besoins communautaires ? La réponse consiste à impliquer activement toutes les membres de la communauté – utilisateurs de la bibliothèque, anciens utilisateurs et non-utilisateurs – dans la conception, la planification, la livraison et l’évaluation des services de bibliothèque. De cette façon, le suivi et l’évaluation deviennent un processus itératif en continu, plutôt qu’un exercice ponctuel qui clôt un processus linéaire. Il permet aux services d’être constamment évalués et améliorés afin de s’assurer qu’ils répondent aux besoins de la communauté.

Cette liste pourrait également s’enrichir d’une dixième orientation :

10. Les communs. Un projet de bibliothèque fondé sur l’ADC crée, valorise et protège les communs, en particulier dans un contexte de transition numérique, en favorisant le développement de capabilités, l’engagement actif et une gouvernance communautaire autour des savoirs et des données partagés.

Sources :

  • Pateman, John. 2015. The Community-Led Public Library. Open Shelf. OLA. Consulté le 09 avril 2018:  http://www.open-shelf.ca/150515-community-led-library/
  • Lankes, R. David. 2016. Expect more : demanding Better Libraries for Today’s Complex World. Jamesville, NY: Riland Publishing.
  • Dujol, Lionel (ed.). 2017. Communs du savoir et bibliothèques. Paris : Éditions du cercle de la librairie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.