Occupons la créativité à Montréal

1797511_828033177209785_1979500797265517548_n

C’est la saison de la créativité immersive. L’événement immersif C2MTL s’apprête à faire appel tant au côté droit de votre cerveau qu’au côté gauche, comme on peut le lire sur le site, et beaucoup à votre porte-feuille, si l’on se fie au coût d’inscription. Jaillissement de nouvelles idées, connaissances inédites, expérimentations, projets en ébullition, rencontres avec « les plus illustres créateurs de la planète », avec « la crème des influenceurs » et autant de personnes d’exception, voilà tout un programme « pour trouver des réponses créatives aux questions fondamentales commerciales » et stimuler les gestionnaires visionnaires.

Ce n’est pas grave si la théorie de la spécialisation gauche-droite des hémisphères cérébraux est une quasi-légende urbaine, ce sera une expérience immersive, et toutes les parties de tous les cerveaux ne feront vraisemblablement plus qu’un au sortir de cette grande messe. Une grande messe célébrée «entre le génie et la folie » où l’on promet aux gestionnaires-visionnaires participants qu’ils repartiront avec les « valises chargées de révélations » et de solutions d’affaires. Alors que font, pendant ce temps, les 99% qui n’ont pas accès à cette communauté, non seulement immersive, mais aussi exclusive, en tant que ce «village d’innovation conçu exclusivement par et pour C2MTL » ? Ils/ elles occupent l’imaginaire et la créativité autrement, par exemple en se questionnant sur l’immersion commerciale de l’imaginaire et de la créativité et sur la récupération de la pensée design, dans une perspective sociale.

Pour réfléchir à ces questions, l’événement Design et démocratie @ Montréal, qui se tiendra lundi le 26 mai à 20h00 et auquel je participerai, propose une soirée-débat au café-bar de la Cinémathèque québécoise qui s’ouvre en ces termes :

À l’heure de la créativité commerciale et du design mondialisé, le capitalisme aurait réussi à domestiquer les critiques sociale et artiste pour en faire un moteur très efficace de son propre déploiement. Mais ce « capitalisme créatif » épuise-t-il pour autant ces critiques, leur pouvoir utopique et poïétique, leur faculté à nous faire imaginer et expérimenter d’autres mondes à travers des associations, des ré-agencements et des recombinaisons étonnantes ? Autrement dit, l’horizon contemporain du design est il exclusivement commercial ou est-il aussi démocratique ?

Partant du postulat que le design peut aussi être social et que la critique artiste peut réenchanter le vivre-ensemble, cette soirée débutera par une série de courtes présentations de designers, de militants et de chercheurs qui témoigneront de leur expérience et de leur vision du design social (sur les « bibliolabs », les données ouvertes, l’enseignement du design social et participatif, le mouvement du « critical design », les laboratoire de créativité citoyenne…), et se poursuivra par un débat citoyen et convivial…

L’événement promet d’être un tantinet subversif à défaut d’être totalement immersif.

L’entrée est gratuite et ouverte pour tous.

One thought

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s