10 résolutions pour les médiateurs sociaux en 2010

L’année dernière à cette date-ci à peu près, l’infatigable Ellyssa Kroski avait proposé 10 Social Media Resolutions for 2009. On dit que tout va très vite dans le monde des médias sociaux mais ses propositions tiennent encore solidement la route : On peut les actualiser un peu, mais à peine, et retenter sa chance si on n’a pas été au bout de ses promesses en 2009. Traduction et reformulation libre (où l’on constatera que le fossé entre les médias sociaux et le vie est à près nul tant les résolutions dans les deux mondes se ressemblent) :

1. Perdre du poids. Procurer une cure d’amincissement à votre agrégateur en vous désabonnant de tous ces blogues qui sont sans intérêt et qui vivotent juste assez pour donner la chance à leurs auteurs de s’excuser de ne pas être plus actifs. Alléger votre compte Twitter en éliminant tous ces followers qui ne sont là que pour des motifs mercantiles, pour s’adonner à l’autopromotion, ou pour vous tomber sur les nerfs. Gérez vos amis sur Facebook. Certains font des interventions inappropriées, débarrassez-vous en discrètement ! Composez avec art et doigté vos listes d’amis. Ne donnez pas accès à tout, réservez à quelques uns vos contenus plus personnels : L’auditoire silencieux n’est pas nécessairement bienveillant. Par ailleurs, n’en mettez pas trop sur vos profils. On peut être tenté de souligner la dégustation du dernier grand cru qu’on a ouvert – je le fais, c’est plus fort que moi – mais si vous vous lancez dans le gras récit des huîtres Raspberry Point avec foie gras au torchon et champagne millésimé dégusté en brillante compagnie sur les Champs Élysées, vous risquez vous-mêmes, c’est ce que d’être trop show off vous aura coûté, de passer à l’amincisseur de vos ex-amis.

2. Se mettre en forme. Faites une mise à jour de votre profil pour la nouvelle année. Sur Facebook, LinkedIn, révisez vos statuts professionnels ou faites état de vos accomplissements récents. Avez-vous pensé à une nouvelle photo, un nouveau Gravatar pour vous représenter au cours de l’année qui vient ? Ce peut-être un avatar anime ou un shoot réalisé à partir de Photo Booth sur votre nouveau Mac et par le biais duquel vous donnerez libre cours à votre imagination en le retravaillant avec Gimp.

3. Se faire des nouveaux amis. Entreprenez l’année avec en tête les mots « réseautage » et « communauté » puis passez à l’action  en partant à la recherche de nouvelles connections, de relations imprévues. Qui sait où cela vous mènera ? Sur Facebook, vous n’avez qu’à explorer les suggestions qui vous sont offertes. Vous pouvez « pousser » ces recommandations lorsque ce sont toujours les mêmes qui vous sont proposées et qu’elles ne vous intéressent pas, cliquez sur la croix pour les faire disparaître et laissez la place à de nouveaux visages. Sur Twitter, identifiez certaines autorités cognitives et puisez dans les listes de recommendations. Triez vous-même ces personnes choisies sur le volet dans vos listes ou vos groupes pour préparer le terrains pour la conversation à venir. Et que ce soit sur Twitter comme sur Facebook, il est possible de mener une recherche  par champs d’intérêts, « livre », « littérature », « bibliothèque », « bibliothécaire ».

4. Se simplifier la vie. Les clients comme Seesmic et Ping.fm constituent certainement un bonne façon de se rendre la vie plus facile, surtout si vous gérer de front plusieurs comptes. Des abonnements de ce type vous permettent notamment de sauver du temps en postant un message à un endroit et en le publiant simultanément à plusieurs enseignes. La même mise à jour de votre statut ou de vos tweets peut apparaître à la fois sur plusieurs comptes Twitter, sur vos comptes Facebook et vos pages de fan Facebook. Un abonnement à BigTweet s’avère aussi un excellent outil de partage de vos découvertes sur le web surtout dans le contexte d’une gestion multicompte de Twitter. Google Wave a suscité récemment beaucoup d’attentes en ce sens mais cette option n’est pas encore universellement accessible.  Et, j’avoue candidement que, même si je dispose d’une invitation, je n’ai pas encore pris le temps de me simplifier la vie à l’aide de cette nouvelle technologie sociale.

5. Prendre des bonnes habitudes. Il est tellement juste de dire que les médias sociaux sont aussi faciles à utiliser qu’ils sont éprouvants à maîtriser. Il faut accepter de s’engager dans l’apprentissage d’un nouveau langage et cultiver avec patience et  constance le savoir-faire et le savoir-être qu’ils exigent. Il faut se fixer des buts et des objectifs, déterminer et réserver le temps que vous êtes prêts à investir en l’inscrivant à l’agenda dans une routine hebdomadaire. Avez-vous une demi-heure le vendredi après-midi pour alimenter votre communauté sur Facebook,  le wiki de votre organisation ou découvrir Twitter ? Avez-vous 20 minutes le matin après le café, ou le midi pendant le café, pour consulter vos blogues favoris ? Avez-vous 2 heures de suite par mois pour écrire un billet sur un blogue collectif, rédiger des commentaires sur les blogues des autres, mettre vos photos sur Flickr ?

6. S’organiser. Dans les nuages du web, c’est la pagaille. La dispersion de vos trois comptes de courriels, quatre wikis, 25 blogues favoris,  n réseaux sociaux  et tous ces sites que vous fréquentez sur une base régulière est une épreuve pour une démarche cohérente et efficace sur le web.  L’intégration des médias sociaux constitue un des grands défis en ce moment. Avoir une page où l’essentiel de nos destinations web sont intégrées et organisées par le biais de Netvibes,  iGoogle, Google Wave peut vous éviter une visite chez le psy.

7. Soigner sa nouvelle identité numérique. Après l’image, votre identité numérique dépend aussi crucialement de la manière dont vous allez vous décrire. Presque tous les sites de médias sociaux offre un espace pour partager des éléments biographiques. Ces quelques lignes de description visent à vous promouvoir, qui êtes-vous, que faites-vous, quelles sont vos forces et votre expertise ? Ce n’est pas évident à rédiger, et on peut être tenté d’oublier de remplir ces champs ou d’oublier qu’on les a rempli dans le temps où on était au cégep…Mais, on a qu’à penser à la frustration de ne rien trouver sur les auteurs lorsqu’on veut savoir d’où ils sortent pour réaliser que cela vaut peut-être la peine de consacrer un moment pour se remémorer qui on est et ce que l’on fait afin de le faire connaître à la face du monde dans une présentation engageante. C’est quelque chose que je dois définitivement revoir…

8. Prendre une chance. Le début de l’année est un momentum, une opportunité historique pour oser quelque chose de nouveau. Vous pouvez ouvrir votre compte Twitter, débuter un nouveau blogue, vous inscrire dans un site de catalogage social comme LibraryThing ou Babel. Vous vous sentez ambitieux ? Lancez-vous dans la publication d’un webzine de littérature en accès libre. Une démarche plus modeste mais tout aussi significative serait de mettre de côté votre suite bureautique Office et de lui substituer OpenOffice dont il existe même une version pour enfant. Vos habitudes de lecture sont-elles prêtes pour de nouvelles conventions, furetez du côté de la littérature numérique contemporaine ? C’est le temps de faire le saut, yes you can.

9. Demander de l’aide. C’est aussi une manière d’oser. On a pris un temps fou à développer un réseau social solide, avec des connections vraies, authentiques, et on ne pense pas à puiser parmi ces ressources d’une grande valeur lorsque l’on a besoin d’un coup de main. Cette année, on ose demander de l’aide lorsque les médias sociaux, les cms, ou whatever, ne se comportent pas exactement comme prévu, lorsque l’on souhaite avoir plus de collaboration sur un blogue collectif ou un page de fan que l’on entretient à plusieurs ou lorsque l’on voudrait avoir des recommandations pour un emploi.

10. Se faire plaisir. Récompensez-vous pour le travail et les efforts que vous investissez. Accordez-vous du temps pour être créatif côté jardin (pas besoin d’être toujours branché) et côté web. Vous avez pris une demi-journée pour écrire un billet, amusez-vous à produire un diaporama avec vos photos de famille de l’année. Faites comme les enfants qui ont le don de mettre la main (entre autres) sur des perles d’humour sur YouTube et butinez dans le mondes des images.

N’hésitez pas à vous féliciter aussi. Laissez faire ceux qui disent que vous abandonner votre famille pour vous consacrer aux médias sociaux. Ceux et celles, dans l’ignorance la plus crasse de ce que sont les médias sociaux, qui pourraient perfidement vous adresser cette question passent probablement pas mal de temps loin de leurs familles dans les centres commerciaux ou devant la bonne vieille télé à l’agonie de son contenu et pas seulement pour écouter « Les Parents ».  Rappelez-vous aussi cette étude de Pew Internet qui suggère que les médiateurs sociaux sur le web sont aussi des personnes qui sont actives dans d’autres formes de réseaux sociaux dans le monde réel…

One thought

  1. Je suis totalement en accord avec les principes énoncés ici, particulièrement avec la conclusion: « Rappelez-vous aussi cette étude de Pew Internet qui suggère que les médiateurs sociaux sur le web sont aussi des personnes qui sont actives dans d’autres formes de réseaux sociaux dans le monde réel… » Il est fort intéressant d’utiliser les liens que l’on a créé virtuellement dans le monde tangible et de rencontrer des gens qui ont les mêmes intérêts ou qui travaillent dans la même optique que soi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s